La consigne, donnée par Nervures et Entailles, pour le mois de juillet.

Perdre ses clefs, ses repères, ses cheveux, son âme, quelqu’un, un souvenir, une opportunité ; perdre son temps, une habitude, le repos, des kilos, ses feuilles, sa saveur, son parfum, sa raison, sa vanité. La perte est le sujet de ce mois. Elle se dira en une seule phrase, brève ou longue, avec ou sans ponctuation, fluide ou hachée, fuyante chutant avec l’objet perdu et se perdant avec lui, précipitée cherchant à le rattraper et se combler, ou lente, précautionneuse cernant le vide qu’il a laissé. On peut être ironique, ou pas. Sujet moins sombre qu’il n’y paraît : la perte ne se limite pas au manque, elle libère à sa manière, offre un espace où naître. La phrase unique lui donne voix.

 

Un village, perdu aux fins fonds de nulle part, un couple âgé assis sur un banc, et arrive sur la place du bourg une randonneuse essoufflée, sac arrimé sur son dos.

(La randonneuse). Bonjour Madame, bonjour Monsieur. Pourriez-vous me venir en aide ? J’ai perdu mon chemin.

(Les anciens). Qu’est-ce qu’y dit la demoiselle ?

y dit qu’elle a perdu son chien, c’est pas malin
y dit qu’elle a perdu la vue, l’hurluberlue
y dit qu’elle a perdu le nord, ça c’est trop fort
y dit qu’elle a perdu ses clés, faut l’encercler
y dit qu’elle a perdu la boule, mais quelle andouille
y dit qu’elle a perdu son calme et quel ramdam
y dit qu’elle a perdu du poids n’importe quoi
y dit qu’elle a perdu conscience, quelle insouciance
y dit qu’elle a perdu son entrain, l’est dans l’pétrin
y dit qu’elle a perdu la raison, c’est de saison
y dit qu’elle a perdu au jeu, c’est malheureux
y dit qu’elle a perdu le sommeil, mais elle bégaye
y dit qu’elle a perdu les pédales, c’est illégal
y dit qu’elle a perdu la boussole, parce qu’elle picole
y dit qu’elle a perdu courage c’est pas d’son âge
y dit qu’elle a perdu sa fleur, quel grand malheur
y dit qu’elle a perdu la trace cette bêtasse
y dit qu’elle a perdu la bataille, quelle pagaille
y dit qu’elle a perdu patience, manque d’expérience
y dit qu’elle a perdu son temps, c’est inquiétant
y dit qu’elle a perdu la partie, et patati
y dit qu’elle a perdu son latin, quel baratin
y dit qu’elle a perdu connaissance, un contresens
y dit qu’elle a perdu son âme, tout un programme
y dit qu’elle a perdu l’esprit, j’en suis surpris
y dit qu’elle a perdu l’habitude, quelle solitude
y dit qu’elle a perdu contact, un manque de tact
y dit qu’elle a perdu le combat, c’est pas le débat
y dit qu’elle a perdu la foi c’est pas comme autrefois
y dit qu’elle a perdu son travail et qu’elle déraille
y dit qu’elle a perdu haleine, oh la vilaine
y dit qu’elle a perdu ses moyens, c’est kafkaïen
y dit qu’elle a perdu sa route, c’est la déroute

Mais qu’est-ce qu’y dit la demoiselle ?

Je dis que j’ai perdu mon chemin, c’est quand même très commun.

© Martine C – juillet 2017

ACCUEILlogo-facebook-1