Kikí Dimoulá, Statue de femme aux mains liées

Statue de femme aux mains liées


Tout le monde t’appelle aussitôt statue
et moi aussitôt je te donne le nom de femme.
Tu décores un jardin public.
De loin tu nous trompes.
On te croirait légèrement redressée
pour te souvenir d’un beau rêve,
et prenant ton élan pour le vivre.
De près le rêve se précise :
tes mains sont liées dans le dos
par une corde de marbre
et ta posture, c’est ta volonté
de trouver quelque chose qui t’aide
à fuir l’angoisse du prisonnier.
On t’a commandée ainsi au sculpteur :
prisonnière.
Tu ne peux
peser dans ta main ni la pluie
ni la moindre marguerite.
Tes mains sont liées.
Ce n’est pas seulement le marbre qui te garde
comme Argus. Si quelque chose allait changer
dans le parcours des marbres,
si les statues entraient en lutte
pour conquérir la liberté, l’égalité,
comme les esclaves,
les morts
et notre sentiment,
toi tu marcherais
dans cette cosmogonie des marbres
les mains toujours liées, prisonnière.
Tout le monde t’appelle aussitôt statue
et moi tout de suite je t’appelle femme.
Non pas du fait que le sculpteur
a confié une femme au marbre
et que tes hanches promettent
une fertilité de statue,
une belle récolte d’immobilité.
À cause de tes mains liées, que tu as
depuis que je te connais, tous ces siècles,
je t’appelle femme.
Je t’appelle femme
car tu es prisonnière.

Kikí Dimoulá, Le Peu du monde, suivi de Je te salue Jamais
Traduit du grec par Michel Volkovitch
© Éditions Gallimard, 2010

D’autres poèmes ici, présentés par Michel Volkovitch

logo présentation poésie

En cliquant sur ce logo, vous trouverez les liens qui vous conduiront vers les participations de l’équipe des poétiseurs du jeudi, pour le cahier des poésies, soigneusement tenu par Asphodèle.

Je participe à un prix d'écriture chez Short Éditions, 
sur le thème "Paysages Dauphinois". 
Vous pouvez lire mon texte (ici), 
et si vous l'avez apprécié, voter* pour lui. 
Je vous en remercie
* Les modalités sont expliquées en ouverture de la même page.

ACCUEILlogo-facebook-1

6 réflexions sur “Kikí Dimoulá, Statue de femme aux mains liées

  1. j’aime beaucoup ta nouvelle présentation de blog.
    Cela dit, très joli choix de poème, je vois beaucoup de symbolique dans cette femme aux mains liées.
    J’ai pensé, je ne sais pourquoi, à la chanson de G. Brassens Pénélope.
    Bisous célestes, chère Tine
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

  2. Il y a tellement de Femmes prisonnières sans avoir les mains attachées dans le dos.
    Antique ou actuelle, une statue ne nous laisse jamais de marbre.
    Un sujet toujours d’actualité, Martine.
    Et c’est tout là, l’art du sculpteur de lui faire dire ce qu’il veut 😉
    Gros bisous d’O.

    Aimé par 1 personne

  3. Quelle jolie métaphore… « On t’a commandée ainsi au sculpteur :
    prisonnière. » Qui est le sculpteur ? 😉 Eloquent…
    Les liens marchent ! 😀
    Bisous ma TinOu ❤

    J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s