Mais qui éructe donc, dans le dico débonnaire ?

RAPPEL DES RÈGLES

Le lundi, je propose un mot. Un mot, un vrai, un qu’on peut trouver dans n’importe quel dictionnaire de bonne facture. Un mot, parfois très contemporain, mais parfois aussi un peu désuet, oublié, ou peu usité.

Vous avez jusqu’au dimanche à midi, pour proposer une définition étymologique et rocambolesque de ce mot, définition à assortir d’une citation abracadabrantesquement  imaginaire. Autrement dit, vous écrivez une phrase ou deux pour illustrer votre définition. 

Voici le résultat de vos élucubrations à propos de

LA PHOTO DU MOIS

et je dois vous dire qu’elles valent toutes leur pesant de cacahuètes !

 

 

◦•●◉✿ Lydia✿◉●•◦

[Éructer]

Ce verbe vient du bas français « rouqueter », et désigne le cri que pousse le renard roux. On trouve dans la même famille les verbes louqueter pour le loup, poulqueter pour la poule et sourqueter pour la souris.

Rouqueter, prononcé très souvent « roucter » puis « ructer » selon les accents et la différence entre ville et campagne est ensuite passé à « éructer » au XVIIe siècle par erreur de La Fontaine sur une fable d’Esope. Ainsi, dans Le Renard et la sauterelle, on peut trouver :

« Un matin, dans l’herbe fraîche, dame sautillante nargua
un jeune renard roux qui les dents montra, et ructa
lui sauta dessus et aussitôt la mangea ».

La Fontaine, s’étant largement inspiré du fabuliste grec, et qui devait ne pas boire que de l’eau claire, transforma cette dernière en :

« Un matin, dans l’herbe verte, une fraîche sauterelle tira
la langue à un jeune renardeau, rouquin de son état,
qui éructa, lui sauta dessus, lui fit son affaire et détala ».

On laissera les éminents spécialistes analyser ces quelques vers afin d’en saisir toute la profondeur… Le fait est que le verbe s’inscrivit ainsi dans l’histoire de la langue.

◦•●◉✿ Gibulène✿◉●•◦

[Éructer]

Déjà connu sous l’Empire Romain (Jules César prononçait eructare et Obelix préférait aller à l’essentiel avec roter, ce verbe rabelaisien est principalement associé aux plaisirs de la table.
Lors des manifestations et festins joyeux de l’époque, il était de bon ton et de salubrité publique de soulager son estomac en faisant sauter la soupape.
Un jour arriva Cléopâtre, qui était un peu prout-prout, n’ayons pas peur des mots. Elle déclara avec tant de fougue que cette coutume était vulgaire, qu’elle en éructa les mots.
L’expression populaire « eructare tamquam Cleopatram » permit de donner un second sens à ce vocable qui devint également synonyme de grossièreté.

De nos jours il est associé à de nombreuses expressions, comme « roter comme un porc », ce qui nous ramène instinctivement aux bacchanales gauloises ci-dessus évoquées.
Les comiques et les enfants ont également leur propre mot : rototo (voir l’expression « il a fait son rototo » couramment employée avec les bébés).

D’un point de vue scientifique, notons que le son émis lors d’une éructation correspond à la vibration de l’orifice œsophagien au passage de l’air. Le record de 118 décibels revient à l’anglais Paul Hunn (équivalent d’un bruit de tronçonneuse en action). L’histoire ne dit pas ce qu’il avait préalablement ingéré.

◦•●◉✿ Antiblues ✿◉●•◦

[Éructer]

verbe 1er groupe

Irriguer un champ librement.
Le « ru » , mot bien connu des cruciverbistes, est un mini ruisseau tout mimi qui court en liberté dans les prairies en particulier à la fin d’un épisode d’inondations.

Un agriculteur éructe ses champs quand il s’en remet simplement à la météo pour l’irrigation naturelle au moyen de rus aléatoires. De fait, il est ainsi le tout premier maillon des survivalistes.
Drew Miller, le pape incontesté des survivalistes de l’oncle Sam, répète souvent « érwoukté est lé pwreumié moyenne dé s’en swo’tir » (Traduction assurée par José Bové, entre 2 démontages de MacDo : « Non au pompage des nappes phréatiques, éructons, éructons, Rrogntudjû !! »)

◦•●◉✿ Tristan Savin ✿◉●•◦

[Éructer]

v. Du latin eructare vomir »).

« L’éructation permet la vacuation » selon Ambroise Paré (1509-1590), père de la chirurgie moderne. Pour Émile Littré, il s’agit d’une « évacuation sonore de gaz provenant de l’estomac ». Éructer signifie donc « roter », comme le confirme le Larousse de la médecine, bien que le terme latin dont il est issu implique une idée de vomissement.

En langage figuré, on dit « éructer des injures ». Cet usage, repris dans la littérature, a donné un sens différent au verbe, qui signifie désormais, pour beaucoup, « lancer » ou « proférer ».

L’éructation est parfois confondue avec l’éruption. On a pu lire, sur un site d’information en ligne : « Un volcan éructe à Téhéran. »
Cela dit, si les gaz proviennent de l’estomac de la Terre, ce n’est pas un non-sens.

Dictionnaire des mots savants employés à tort et à travers

8 commentaires

Vous êtes sûrs ? Vous n'avez rien à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s