Constantin Cavafis, C’est fini

Dévorés de peur, assaillis de doutes,
l’esprit tourmenté et les yeux plein d’horreur,
nous nous évertuons à chercher ce que nous
………. pourrions faire
pour écarter de nous le danger
Inéluctable dont l’imminence nous terrifie.
Pourtant nous nous trompons, ce n’est pas lui
………. sur le chemin ;
les renseignements étaient faux
(ou nous les avons mal entendus, ou mal
………. compris).
Une autre catastrophe, que nous n’avions pas
………. imaginée
fond subitement sur nous tel l’éclair
et à l’improviste – trop tard, maintenant –
………. nous emporte.

Constantin Cavafis (1863 – 1933)

En attendant les barbares et autres poèmes,
traduit du grec par Dominique Grandmont

Illustration © Céline Devaux
« Résister à la terreur »

2 commentaires

Vous êtes sûrs ? Vous n'avez rien à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s