On a retrouvé le dico dans un patelin !!!

 

RAPPEL DES RÈGLES

Le lundi, je propose un mot. Un mot, un vrai, un qu’on peut trouver dans n’importe quel dictionnaire de bonne facture. Un mot, parfois très contemporain, mais parfois aussi un peu désuet, oublié, ou peu usité.

Vous avez jusqu’au dimanche à midi, pour proposer une définition étymologique et rocambolesque de ce mot, définition à assortir d’une citation abracadabrantesquement  imaginaire. Autrement dit, vous écrivez une phrase ou deux pour illustrer votre définition.

Merci aux 6 diconautes (record de participation battu !)
qui, pendant les semaines 09.20 & 10.20
ont débonnairement
exercé leur sagacité
à propos de…

Silent sunday

 

◦•●◉✿ Florence ✿◉●•◦

[Patelin] 

Nom au singulier désignant un mouvement très lent, mouvement d’un pantin articulé gesticulant au gré des jugements d’autres gens.
Etre un patelin signifie une personne ayant perdue le contrôle de sa vie.
Nom donné à un être vivant pas très malin, avec de grosses mains, avançant vers demain tout en chagrin.

◦•●◉✿ Lydia ✿◉●•◦

[Patelin] 

Ce terme masculin, désignant un gai-luron, vient de l’association de deux prénoms : Pat et Lino. Au moyen âge, les deux compères étaient connus pour leur caractère joyeux et pour leurs farces, au sens propre comme au sens figuré. Les deux garçons bouchers s’amusaient ainsi à créer des plats originaux, comme le poulet farci avec une préparation sucrée. Celle-ci devint d’ailleurs la fameuse farce « dels maistres Pat et Lino », traduite ensuite à tort par « La farce de Maître Patelin ». Ce fut l’ancêtre de la volaille farcie aux marrons que nous mangeons désormais à Noël. Le terme ne fut plus utilisé jusqu’au XIXe siècle où un petit auteur oublié, Claude Flobius, l’utilisa pour son roman : La Belle et le Patelin.

◦•●◉✿ Carnets Paresseux✿◉●•◦

[Patelin] 

Mesure du temps approximative, où les heures et les demi-journées se mêlent, tandis que les semaines se confondent aisément avec les quinzaines, et qu’adoptent spontanément les oisifs, les retraités et les vacanciers.
Etym. : construction hypothétique et populaire sur le préfixe : épatant (après ablation de ses première et dernière syllabes), et l’an (au sens de l’année, le temps, déformé – accent savoyard oblige en « in » : c’est épatant, l’an a filé = épat ‘l’an = pat’l’an = pat’lin = patelin.
Citation : « C’est fou, c’est déjà la rentrée, j’ai pas vu passer le mois d’août, c’est la dernière fois que je prends mes vacances dans ce patelin ».

◦•●◉✿ Gibulène✿◉●•◦

[Patelin] 

Lorsqu’on prononce à voix haute ce mot,
qu’entend-t-on en langue des oiseaux ?
Il y a patte, ou pâte, pour commencer
Et il y a lin, pour bien terminer !
Mais regardons-le un peu mieux :
Le mot atèle est en plein milieu,
Il n’y a pas de tel,
Le tel n’est pas en lin
Tu enlèves le Tel
Il te reste le pain

Ce mot est une farce
Molière en est certain
car sous une apparente
douceur omniprésente
celui qui pateline
en fait, nous embobine….

Si l’on revient à la définition,
Rappelez-vous de ce vieux dicton :

« Des Pâtes en farine de lin
Forgent un caractère malin »

◦•●◉✿ Antiblues ✿◉●•◦

[Patelin] 

n.f. Désigne une pâte alimentaire à base de lin.

Origine anecdotique: Dans la ribambelle des professeurs Nimbus et autres Géo Trouvetout, compétiteurs professionnels au concours Lépine, j’ai rencontré un jour un drôle d’oiseau, adepte de la cuisine expérimentale et des recettes improbables … Devant un énorme mixeur il contemplait la valse des minuscules graines de lin brun en train de se faire broyer dans un boucan d’enfer.
« Je vais en faire de la farine ! De la farine complète » m’assura-t-il d’un ton surexcité par l’aventure qui prenait forme sous mes yeux. » Et puis j’en ferai des pâtes ! Des pâtes de lin ! Vous vous rendez compte ?« Avec le bruit je n’étais pas sûr d’avoir bien compris …
Et puis non, je ne me rendais pas compte. Jusqu’au moment où, quelque temps plus tard, il m’invita à goûter ses patelins fraîches aux œufs bio. Il les avaient tressées en tagliatelles d’une vilaine couleur brune sur lesquelles fondait un morceau de beurre. Bio itou.
C’était spécial. Vraiment. D’un goût astringent qui « rétrécissait la bouche », les patelins grattaient la gorge et me déclenchèrent rapidement une crise de colite carabinée.
« Allons, lui dis-je dans une grimace digestive, le Lépine, ce ne sera pas encore pour ce coup ci ! »
« Pas grave, répliqua-t-il plein d’entrain, demain j’essaierai avec du chanvre ! »

◦•●◉✿ Jean-Pierre ✿◉●•◦

[Patelin] 

Nom commun aujourd’hui disparu, perdu, oublié, lointain.
Il n’a jamais été employé que dans des contrées reculées, abandonnées de tous et il désignait un lieu vague dont on a entendu parler mais dont rien ne prouve l’existence sauf dans l’imaginaire de voyageurs égarés et hagards. Sorte de Graal topographique, le patelin a toujours résisté à sa propre existence .
On ne le trouve employé qu’une seule fois chez Du Ballay dans son célèbre sonnet :
Heureux qui comme Alysse a fait un beau voyage.

Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine
Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont « Patelin »
Et plus que l’air marin la douceur angevine

◦•●◉✿ Jean-Loup Chiflet ✿◉●•◦

Ces mots perdus au fond de nos dictionnaires

[Patelin] 

Ce mot n’a vraiment pas de chance. Contrairement à ses homologues, tartuffes et harpagons, il n’a pas un père célèbre. Son nom vient en effet d’un texte dont l’auteur reste inconnu : La Farce de maître Pathelin.

Cette pièce de théâtre de la fin du Moyen Âge considérée comme un chef-d’oeuvre comique a eu un succès considérable. Au point que son personnage principal, un avocat rusé,fourbe,charmeur, et qui parvient à tromper tout le monde, a servi à désigner toute personne présentant les mêmes caractéristiques.

Et comme si cela ne lui suffisait pas d’être de père inconnu, ce pauvre mot a fini par tomber dans l’oubli, seul l’adjectif restant en usage pour qualifier quelqu’un de mielleux et de sournois. Mais cet adjectif se fait, lui aussi, de plus en plus rare.

« Madame est difficile comme toutes les personnes de goût, dit le chef de l’établissement en s’avançant avec ses grâces boutiquières où le prétentieux et le patelin se mélangeaientagréablement. » (Honoré de Balzac)

◦•●◉✿  ✿◉●•◦

À demain pour les nouvelles aventures de la semaine 11.20

• • «.¸¸.¤°´¯`• Écri’Turbulente• ´¯`°¤.¸¸.»•

 

18 commentaires

  1. Ça fait des lustres que je suis pas venue sur le dico, et je regrette pas d’avoir atterri dans le patelin ! Parfait pour commencer la semaine, on est mardi, mais le temps est relatif ! Belle journée, Sabrina.

    Aimé par 1 personne

  2. Jolies jolies ces définitions et explications tellement variées et comiques! Merci c’est un fameux rayon de soleil bien réchauffant pour ce lundi. Bravo 😉

    J'aime

      1. la langue des oiseaux est quelque chose de fascinant. J’ai une amie qui la pratique et c’est fou ce qu’on peut décortiquer les mots et les voir autrement ! merci de ton passage chez La Cagouille 😉

        Aimé par 1 personne

Vous êtes sûrs ? Vous n'avez rien à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s