Yves Bonnefoy, Début et fin de la neige

 

Lucrèce le savait :
Ouvre le coffre,
Tu verras, il est plein de neige
Qui tourbillonne.

Et parfois deux flocons
Se rencontrent, s’unissent,
Ou bien l’un se détourne, gracieusement
Dans son peu de mort.

D’où vient qu’il fasse clair
Dans quelques mots
Quand l’un n’est que la nuit,
L’autre, qu’un rêve ?

D’où viennent ces deux ombres
Qui vont, riant,
Et l’une emmitouflée
D’une laine rouge ? 

Yves Bonnefoy, Début et fin de la neige 
Mars 1991

Illustration : Jean Dubuffet, Le jardin d’hiver,
1968-1970

modle-de-lettre

4 commentaires

    1. J’allais écrire : « belle conclusion ».
      Mais non !

      Bel horizon, plutôt,
      Vers lequel,
      Bras dessus, bras dessous,
      S’en vont,
      Chaperonnant,
      Patelinant,
      L’une emmitonnée de pourpre,
      L’autre embobeliné de nuit.

      Aimé par 1 personne

Vous êtes sûrs ? Vous n'avez rien à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s