Le Dictionnaire Débonnaire 03.20

RAPPEL DES RÈGLES

Le lundi, je propose un mot. Un mot, un vrai, un qu’on peut trouver dans n’importe quel dictionnaire de bonne facture. Un mot, parfois très contemporain, mais parfois aussi un peu désuet, oublié, ou peu usité.

Vous avez jusqu’au dimanche à midi, pour proposer une définition étymologique et rocambolesque de ce mot, définition à assortir d’une citation abracadabrantesquement  imaginaire. Autrement dit, vous écrivez une phrase ou deux pour illustrer votre définition.

Vous déposez votre proposition en commentaire, qui ne sera validé qu’à la fin de la semaine, après que toutes les participations sont dévoilées, le dimanche à 20 h.

Voici le mot à définir

JARGONNANT

 

 

Rendez-vous dimanche 19 janvier 2020, à 20 h 

• • «.¸¸.¤°´¯`• Écri’Turbulente• ´¯`°¤.¸¸.»•

11 commentaires

    1. Ça va pas, non ? Moi qui souffre chaque matin de constater l’écrémage de mes textes dans le canard qui se dit libéré, moi qui en souffre tant qu’ils ont fini par stériliser mon écriture et mon imaginaire…
      Et tu voudrais que je t’écrème… Ah ben oui, vraiment ça va pas !

      Aimé par 1 personne

  1. Graveleux : qu’on dise que cet adjectif s’applique aux 546 habitants du village de la Gravelle, ou désigne les malades atteint de concrétions rénales granuleuses plus petites que les calculs, ordinairement de la grosseur d’une tête d’épingle et dont l’élimination peut causer de vives douleurs », on a tort.
    En effet, il dérive d’un terrible dévoreur issus des contes populaire du carnaval dauphinois. Mi-ogre mi-loup*, tour à tour terriblement maigre et affamé en Carême (l’Ogre-Hâve-Loup) et repu, rassasié (et couvert d’un poil fraichement repoussé) en Carnaval (le Gras-Velu). Vers Voiron, on lui adjoint un troisième avatar marqué par la sagesse (le Grave-Loup).
    Ces trois facettes successives incarnent l’hiver affamé, la renaissance du printemps et une troisième saison plutôt utopique (la sagesse). On note que cette dernière n’est pas éternelle, mais cède devant le retour de l’hiver. Quant au sens de ce mot passé dans l’usage courant, il se perd dans la nuit des temps et l’obscurité des dictionnaires : il pourrait désigner le Temps, qui sous le même nom change selon les saisons….

    *mi-loup : aucun lien avec le compagnon de Tintin.

    J'aime

  2. Graveleux adjectif et nom.
    Désigne un mauvais vin, une piquette.
    Le mot trouve son origine dans les productions de la région viticole des Graves (vins de Bordeaux).
    Une mauvaise récolte en 1789 fut malgré tout vinifiée pour abreuver les Sans-culottes bordelais assoiffés .
    Ce qui fit dire aux bourgeois négociants de la place « Ils se soignent au graveleux, nous on se soignent aux médoc ! «

    J'aime

  3. Graveleux : adjectif masculin datant de la Renaissance, attribué à Michel-Ange. Dans les carrières de Carrare, le maître sculpteur était connu pour son fort caractère et sa voix tonitruante. Il n’était pas rare de l’entendre hurler à ses apprentis : « Mais grave-le ! » L’expression devint un private joke parmi les ouvriers et désigna ainsi un apprenti peu assuré dans ses gestes.

    J'aime

  4. Désolée j’ai raté la semaine dernière je vais essayer pour semaine. compte tenu de mes soucis de santé j’ai des analyses encore en cours et si possible ne pas annuler mon voyage prévu ! je te bise…

    Aimé par 1 personne

J'apprécierais de lire votre avis sur cette publication !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s