Le dictionnaire débonnaire #52.19 & 01.20

RAPPEL DES RÈGLES

Le lundi, je propose un mot. Un mot, un vrai, un qu’on peut trouver dans n’importe quel dictionnaire de bonne facture. Un mot, parfois très contemporain, mais parfois aussi un peu désuet, oublié, ou peu usité.

Vous avez jusqu’au dimanche à midi, pour proposer une définition étymologique et rocambolesque de ce mot, définition à assortir d’une citation abracadabrantesquement  imaginaire. Autrement dit, vous écrivez une phrase ou deux pour illustrer votre définition.

Vous déposez votre proposition en commentaire, qui ne sera validé qu’à la fin de la semaine, après que toutes les participations sont dévoilées, le dimanche à 20 h.

Voici le mot à définir

MOT

C’est ce mot de 18 caractères qui va faire le pont entre le vieil an et le nouveau. Exceptionnellement, nous disposerons de deux semaines pour le pétrir, entre foie gras et farce de chapon pour certains, entre gratin dauphinois et bûche au café pour d’autres, et extrapoler une étymologie palpitante, gambadante, turbulente et truculente.

Rendez-vous dimanche 5 janvier 2020, à 20 h 

• • «.¸¸.¤°´¯`• Écri’Turbulente• ´¯`°¤.¸¸.»•

blogune

© Gallica – BnF, Le Petit Marseillais illustré, 4 janvier 1890

9 commentaires

  1. ABRACADABRANTESQUE: mot utilisé au temps jadis pour se débarrasser d’un questionneur ; Braca Dabrat étant un personnage, connu pour avoir réponse à tout.

    Par ex. « On avait pris l’habitude de répondre à la longue litanie de quelqu’un posant des questions en rafale  » Je sais pas, mon trésor, va demander à Braca Dabrat. »  Le questionneur infatigable allait le trouver: « Braca Dabrat est-ce que c’est vrai qu’on peut te poser toutes les questions que maman sait pas ? »

    J'aime

  2. Je me lance donc pour ma première participation au dictionnaire débonnaire!

    ABRACADABRANTESQUE
    Adjectif utilisé de façon interjonctive lorsqu’on se trouve devant un cadran solaire de type canonial les nuits de pleine lune et dont le gnomon indique approximativement minuit, c’est assez dire qu’il est peu utilisé. (A noter l’évolution du mot, de abracadrantesque à abracadabrantesque due selon certains auteurs à un glissement de sens ou de terrain )
    On le trouve employé dans le célèbre livre de Jean Delalune  « Les sélénites » dont il constitue le non moins célèbre incipit :
    « Arrivé sur la place de l’église, il jeta un œil oblique sur le mur vertical orienté au sud et ne put réprimer sa stupéfaction « abracadabrantesque ! », s’écria-t-il et en effet le gnomon indiquait approximativement minuit au cadran solaire ; ce qui correspond bien à la définition qu’en donne le dictionnaire Labrune se dit-il in petto… »

    J'aime

  3. Adjectif neutre provenant du Sicilien « Abracadabrantesco » : selon l’histoire populaire, la belle Abraca, du clan des Tortellini, était tombée amoureuse du mafioso Dabrante, du clan des Farfalle. Mais Dabrante la considérait comme une nouille, criant sur tous les toits qu’elle n’était même pas bonne pour faire des spaghettis. Apprenant cela, Abraca, prise d’une fureur hystérique, décida de se venger. Elle concocta un plat à base de pâtes farcies, se rendit dans la demeure de sa victime et soudoya la cuisinière afin que cette dernière lui donne ce plat à manger. La domestique, légèrement fainéante sur les bords, vit là un moyen de pouvoir se reposer. Lorsque Dabrante se mit à table, il fut surpris de voir des pâtes farcies car on n’en mangeait pas dans son clan mais la cuisinière lui dit que c’était une recette d’une aïeule. Par respect pour la famille, il avala son plat en entier tant il était bon et tomba raide mort à la dernière bouchée. Le médecin mit cela sur le compte d’une trop grosse ingestion de nourriture mais on vit, à son enterrement, une belle jeune femme, en retrait, sourire.
    Depuis, les deux prénoms ont été accolés pour former cet adjectif signifiant quelqu’un atteint de folie par sa soif de vengeance. Au fil du temps, le sens s’est amoindri pour ne plus garder que celui de folie.

    J'aime

  4. On le redoutait tous et il faut l’affronter, cet adjectif redoutable ! 😉
    Ah tu termines fort 2019 !
    Je te souhaite d’excellentes fêtes !
    A très bientôt ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je viens de lire ta définition abracadabrantesque ! Tu ne t’es pas raté, là ! Elle est géniale 😀
      Bonnes fêtes de fin d’année pour toi aussi.
      Nous commencerons fort 2020 ! 😉

      J'aime

  5. Abradabrantesque : adjectif issu du jargon militaire du Haut Moyen Âge. En passe de tomber en désuétude.
    L’expression « aller à Bracadabra » est une formule idiomatique pour désigner le fait de résister jusqu’au bout à son ennemi. Elle s’oppose à « aller à Canossa » pour désigner le fait de s’agenouiller devant son ennemi.
    Lorsqu’il apprit que Barberousse et ses janissaires exténués refusaient de se rendre lors de la fameuse bataille de boules de neige de Rovaniemi (Finlande) le 25 décembre 1529, le Père Noël eu cette expression lapidaire : « Il refuse d’aller à Canossa ? Mais c’est abracadabrantesque ! «
    Depuis l’expression est rarement reprise compte tenu de sa périlleuse prononciation qui rend complètement ridicule celui qui l’utilise, s’il se rate et bafouille.

    J'aime

Vous êtes sûrs ? Vous n'avez rien à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s