Bon anniversaire, Paul Éluard : « La parole »

À l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Paul Éluard,
je publie, pendant une semaine,
des extraits de ses recueils poétiques.

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄

LA PAROLE

J’ai la beauté facile et c’est heureux.
Je glisse sur le toit des vents
Je glisse sur le toit des mers
Je suis devenue sentimentale
Je ne connais plus le conducteur
Je ne bouge plus soie sur les glaces
Je suis malade fleurs et cailloux
J’aime le plus chinois aux nues
J’aime la plus nue aux écarts d’oiseau
Je suis vieille mais ici je suis belle
Et l’ombre qui descend des fenêtres profondes
Épargne chaque soir le cœur noir de mes yeux.

Paul Éluard, Capitale de la Douleur, 1926

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄

Rondeau de la suffisance

Conduire

Denise disait aux merveilles

Suite

6 commentaires

  1. Et c’est heureux !
    le toit des vents,
    le toit des mers sentimentales.
    Le conducteur,
    soie sur les glaces,
    fleurs et cailloux chinois aux nues,
    aux écarts d’oiseau.
    Ici je suis belle
    des fenêtres profondes :
    le cœur noir de mes yeux.

    J’ai trouvé qu’il parlait beaucoup de lui au début de chaque vers, alors j’ai démonté en faisant attention à l’hémistiche.
    Et maintenant, paresseux, je me rendors comme Eluard.

    Aimé par 1 personne

Vous êtes sûrs ? Vous n'avez rien à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s