Robert Desnos : À cinq heures

À cinq heures du matin dans une rue neuve et vide j’entends le
………. bruit d’une voiture qui s’éloigne.
Un avertisseur d’incendie a sa glace brisée et les débris de verre
………. resplendissent dans le ruisseau.
Sur le pavé il y a une flaque de sang et un peu de fumée se
………. dissout dans l’air.
Ohé ! Ohé ! racontez-moi ce qui s’est passé.
Éveillez-vous ! Je veux savoir ce qui s’est passé.
Racontez-moi les aventures des hommes.

Robert Desnos
Corps et Biens – État de veille
 1936

À l’occasion de l’anniversaire du poète, d’autres textes sur ce blog :

– La voix
– Un jour qu’il faisait nuit 
– P’Oasis
Hommes
Au bout du monde il est des guerres

2 commentaires

Déposez vos mots ici ! Votre avis est important pour moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s