Robert Desnos : Au bout du monde il est des guerres

Au bout du monde il est des guerres

Ça gueule dans la rue noire au bout de laquelle

l’eau du fleuve frémit contre les berges.

 

Ce mégot jeté d’une fenêtre fait une étoile.

 

Ça gueule encore dans la rue noire.

Ah ! vos gueules !

Nuit pesante, nuit irrespirable.

Un cri s’approche de nous, presque à nous toucher,

mais il expire juste au moment de nous atteindre.

 

Quelque part, dans le monde, au pied d’un talus,

un déserteur parlemente avec des sentinelles

qui ne comprennent pas son langage.

Robert Desnos (4 juillet 1900 – 8 juin 1945)
Corps et Biens – Les Portes Battantes
1936

 

Poème lu par Yvon Jean
Album : Les Portes Battantes

À l’occasion de l’anniversaire du poète, d’autres textes sur ce blog :

– La voix
– Un jour qu’il faisait nuit 
– P’Oasis
Hommes

3 commentaires

Déposez vos mots ici ! Votre avis est important pour moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s