À saute-mots #6.1

Je vous propose d’inventer la définition étymologique d’un terme, à l’exemple de celui du 10 juin. Vous avez là le sens exact de ce mot, mais si vous cliquez sur ce cadre, vous pourrez découvrir les définisaugrenues absolument savoureuses des participants.

BARAGOUINER PAPIER

Je validerai les propositions que vous laisserez en commentaire de ce billet dimanche prochain, de façon à laisser libre cours à votre créativité et à vos divagationpaslogiques.

Voici donc le mot à définir de la manière la plus fantaisiste possible. Vous pouvez l’agrémenter de citations judicieusement incongrues.

CARACOLER PAPIER

Vos réflexions et la supposée véritable origine, dimanche 30 juin à 20 h.

Les participant(e)s, dans l’ordre d’arrivée :

Antiblues !
Les petits cahiers d’Émilie

4 commentaires

  1. caracoler : verbe qualifiant les recettes de caramel qui manquent à chaque fois, faisant de la friandise espérée une pâte visqueuse et collante.
    Ne pas confondre avec l’action d’un vendeur de voiture d’occasion qui mets plus d’enthousiasme dans son argumentaire que de pièces neuves et d’huile dans ses voitures. Faux ami ; argot français-québécois, activité des hommes et les femmes qui tarifent leur charmes en automobile.

    J'aime

  2. Caracoler verbe transitif.
    Se dit d’un chauffeur de car qui racole des passagers afin de remplir son bus au maximum avant départ imminent.
    Le moment est très attendu par les voyageurs à faible pouvoir d’achat car il n’est pas rare de faire des bonnes affaires.
    Ex: À la gare des bus de la Part-Dieu (Lyon 3 ème NDLR) j’me suis fait caracoler grave une minute avant le départ pour Mandelieu-La-Napoule (Alpes maritimes NDLR) avec une réduc de 70% ! Je n’avais rien à y faire mais du coup, j’y suis parti quand même ! C’est cool !

    J'aime

  3. Action de fixer une calotte de verre ou de caoutchouc grâce au vide d’air sur l’épiderme.
    Le mot à l’origine s’écrivait cargalcool, ( de carga bateau et alcool alcool) et servait à désigner un appareil à vocation médicale destiné à soigner les bucherons du mal de mer, et les marins de la gueule de bois.
    Cette méthode a été remise en cause par le corps médical, à cause de l’absence totale d’efficacité, voire de l’augmentation des effets de l’ivresse : caracoler trop on saoule.

    J'aime

J'apprécierais de lire votre avis sur cette publication !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s