Bon anniversaire, Géo Norge

Aujourd’hui, Géo Norge a 121 ans.

Aragon tenait Norge pour l’un des plus grands parmi les poètes vivants. Et au fond, que Norge soit mort change-t-il quelque chose à l’affaire ? Sa poésie, vigoureuse comme pas deux, vit.

Norge est né à Bruxelles le 2 juin 1898.

Lorsqu’il s’appelait encore Georges Mogin, il travaillait dans le textile, voyageant alors entre Verviers et Paris. Puis il change de métier. On raconte qu’il aurait vendu des camions !

Sa «carrière» littéraire commence au théâtre. Mais la pièce Tam Tam est chahutée par un groupuscule surréaliste.

Par la suite, Norge rencontre Pierre-Louis Flouquet et Edmond Vandercammen. Ensemble, ils fondent le Journal des Poètes.

En 1949, le recueil Les râpes paraît chez Seghers.
1950 : Norge s’installe dans le Midi et se fait antiquaire.

C’est à peu près au même moment que Flammarion et Gallimard se mettent à publier ses livres.
Peu à peu, l’œuvre acquiert un rayonnement d’autant plus remarquable que les poèmes de Norge ne ressemblent à rien qui soit à la mode.

Georges Mogin est mort à l’automne de 1990.

Sans titre 3

 

 

 

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

À compter d’aujourd’hui et pendant sept autres jours consécutifs, je publierai des extraits de l’oeuvre, abondante et prolifique d’un poète dont Pierre Seghers disait : « Gouleyant, interférentiel, fricassant, ayant du «punch» et le faisant brûler, inquiétant bien sûr, comme tous les tendres qui sont d’affreux cruels (et vice versa), maître-ès-langage de la composition au contrepoint, de la matière au boyau de chat sous l’archet, il invente, non pas en virtuose (ce qu’il est) mais en magicien. Ah! on ne s’ennuie jamais avec Norge, qui pose cependant les questions les plus graves… »

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

MARS

Tu giboules, giboulée
Et la terre est roucoulée
De cent mille colombées.

Et la terre est en amour.

Tu giboules, giboulée
Et la terre est fleuronnée
De cent mille cerisaies.

Et la terre est en amour.

Tu giboules, giboulée
Et la terre est baisoyée
De cent mille rayonnées

Et la terre est festoyée
De cent mille bourgeonnées

Et la terre est chatouillée
De cent mille greminées.

Tu giboules, giboulée
Et la terre est jouvencée
De cent mille chansonnées.

Tambour, couleur et bonjour, 
Et la terre est en amour !

Géo Norge – La Langue Verte (1954)

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Quelques poèmes venus ou à venir :

Trou la la
Mars
Poltron
Monsieur
La Faune
Les cerveaux brûlés
Ode aux vaches
Le bon loup
La marguerite

9 commentaires

Déposez vos mots ici ! Votre avis est important pour moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s