Maurice Carême : Ligne de flottaison

Dégoût.

Dégoût de tout
Et de moi-même.

Et de l’amour
Et de ses gestes.

Et de ces poèmes
Où ma vanité
Bourdonne comme un insecte
Qui se croit tout l’été.

Ah ! me retrouver
Sur les genoux de ma mère,
À sept ans, un soir d’hiver…

Maurice Carême – Chansons pour Caprine
© Fondation Maurice Carême

8028717345

1 commentaire

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s