Victor Hugo : Les Misérables (extrait)

Ou…
Comment faire le buzz avec un billet de votre blog

 

Il faut être accro aux news sensationnels, pour cela.

Ceux qui ont LE POUVOIR d’émouvoir le monde entier.

Et que les médias, bien-pensants, relaient en boucle.

Un exemple : l’incendie dramatique, le 15 avril 2019, de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Vous êtes touché, bouleversé.

Ce qui fait l’essence de votre univers patrimonial, du trésor inaltérable de votre humanité, se consume en cet instant.

Vous êtes impuissant devant une telle tragédie.

Sincèrement, véritablement.

Pour dire ce désarroi qui vous submerge, comme vous restez sans mot, vous appelez à l’aide ceux qui savent les formuler.

Celui, plutôt.

Qui d’autre a mieux parlé de Notre-Dame de Paris que Victor Hugo ?

Sur votre blog, à la hâte, vous postez un extrait, troublant de réalisme, de l’œuvre du grand homme.

Vous l’illustrez d’une photo de la flèche embrasée de la cathédrale avant qu’elle ne s’effondre.

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Il était 20 heures, hier, lorsque j’ai posté ce billet sur mon blog, dont, chaque jour, les visites n’excèdent guère cinquante consultations.

 Il est 20 heures, aujourd’hui : j’ai accueilli  1 774 lecteurs en vingt-quatre heures.

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Victor Hugo, le grand Victor, n’a pas écrit que Notre-Dame de Paris.

À son actif, il a aussi

LES MISÉRABLES

Voici un extrait du roman.

L’unique péril social, c’est l’ombre. Humanité, c’est identité. Tous les hommes sont la même argile. Nulle différence, ici-bas du moins, dans la prédestination. Même ombre avant, même chair pendant, même cendre après. Mais l’ignorance mêlée à la pâte humaine la noircit. Cette incurable noirceur gagne le dedans de l’homme et y devient le mal.

À l’heure où la trêve hivernale a sonné,
à l’heure où les « sans domicile fixe » (que cette expression est insupportable et nauséabonde), surabondent dans les rues,
à l’heure où les anciens, qui ont trimé chaque jour de leur quotidien, n’ont pas les moyens de se payer une fin de vie décente,
à l’heure où des enfants meurent de faim sur la terre,
à l’heure où les mots sont remplacés par le bruit des armes et des bombes,
à l’heure où la qualité des soins dépend uniquement des tout-puissants  lobbys pharmaceutiques,
à l’heure où notre alimentation est toxique,
à l’heure où la ploutocratie règne en maître,
à l’heure où 10 % d’individus dans le monde détiennent 86 % de la richesse mondiale,
à l’heure où la majorité de la jeunesse de tous les pays dits « civilisés » n’entrevoit pas un avenir décent,
à l’heure où la violence, physique, psychologique, devient un moyen d’expression,
à l’heure où la répression fait place à l’écoute, à la bienveillance, au soutien,
à l’heure où la compétition fait place à la coopération…

À l’heure…

Je laisse place à vos mots,
à vos émotions,
à vos ressentis,
à votre sincérité,
à votre loyauté,

à notre dignité.

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Je pense que Monsieur Hugo aurait encore des choses à dire et à écrire.

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Capture

logo Écri'turbulente

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Le 16 avril 2019, au lendemain de l’incendie de Notre-Dame de Paris.

 

10 commentaires

  1. Martine, si les entreprises lâchent autant d’argent, c’est qu’en réalité ça ne leur coûte pas cher, puisqu’une bonne partie est déductible des impôts ! C’est cynique et immoral, mais ça fait longtemps que rien ne me surprend de ces gens-là. Ça ne calmera pas les problèmes que nous connaissons, je suis d’accord là-dessus et il faut continuer de lutter ..

    Aimé par 1 personne

  2. Moi j’y vois plutôt quelque chose de positif dans cette réaction. Ça veut dire que les gens sont encore capables de s’intéresser à quelque chose qui les dépasse et dont ils ne sont pas forcément conscients. Et pour nombre d’entre nous (je le vérifie autour de moi), l’un n’empêche pas l’autre. On peut se préoccuper à la fois de Notre-Dame-de-Paris et de la misère du monde, sans oublier que la vie humaine est au-dessus de tout.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, Aifelle, le citoyen lambda, celui qui sait ce que sont les fins de mois « funambules », qui lutte pour conserver décence, qui reste émerveillé par la beauté du monde… »peut se préoccuper à la fois de Notre-Dame-de-Paris et de la misère du monde, sans oublier que la vie humaine est au-dessus de tout ». Je suis entièrement d’accord avec toi. Et ce n’est pas de lui que je parle ; je me sens partie prenante de cette confrérie des humbles, des modestes, des ordinaires, qui ne manquent jamais une collecte des restaus du coeur, qui donnent une piécette à celui qui tend la main, qui….

      Mais quand je lis à propos des dons d’ores et déjà promis …
      – Martin et Olivier Bouygues : 10 millions d’euros
      – JC Decaux: 20 millions d’euros
      – La famille Bettencourt et L’Oréal : 200 millions d’euros
      – La mairie de Paris : 50 millions d’euros
      – Arnault et Pinault : 300 millions d’euros
      – Marc Ladreit de Lacharrière : 10 millions d’euros
      – CapGemini : 1 million d’euros
      – Crédit Agricole : 5 millions

      Mais quand je mets en balance ces sommes colossales et les besoins « vitaux » d’une Humanité qui se paupérise et à laquelle on répond que son soutien « coûte un pognon de dingue », qu’il « suffit de traverser la rue, pour trouver de l’emploi »…., je me dis que, si certains peuvent si aisément dégainer un chèque de cette valeur pour le soutien (légitime) au patrimoine, alors qu’ils ne versent pas un kopeck pour le soutien aux humains… je me dis que nous vivons dans un monde étrange, inconvenant et hallucinant de contre-sens.

      Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ces mots, à l’heure où je cherche les miens. L’expression médiatique a quelque chose d’indécent, parlant de drame national quand il n’y a pas une seule victime, quand le véritable drame se joue sous nos yeux indifférents, quand les millions jaillissent à flot continu.

    Aimé par 2 personnes

    1. C’est ce que je viens de répondre à Aifelle (ci-dessus).

      J’ai recommencé, hier soir, la lecture (bien lointaine dans ma vie) de Notre-Dame de Paris. Là c’est aussi un monument ! Et les premiers chapitres m’ont interloquée : l’impression de lire un reportage, bien écrit – pas comme ceux de la presse contemporaine – sur une manifestation de personnes qui invoquent leur droit à la dignité.

      Merci d’avoir lu mon billet d’humeur et de me confirmer que nous sommes plusieurs à nous inquiéter de ce tri par dichotomie de notre Humanité.

      Aimé par 1 personne

  4. je pense que c’est une grand drame c’est indéniable mais justement je trouve que certains ont été prompts à sortir leur chéquier ainsi que certaines régions lâchent de l’argent…. Donc il y a de l’argent donc quid des SDF et autres sans abri sinistrés…

    Aimé par 2 personnes

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s