Eugénio de Andrade – Les paroles

Elles sont comme un cristal,
les paroles.
Certaines, un poignard,
un incendie.
D’autres,
seulement de la rosée

Grosses de mémoire, elles viennent en secret.
Incertaines, elles naviguent ;
navires ou baisers,
les eaux frémissent

Désemparées, innocentes,
légères.
tissés de lumière,
Elles sont la nuit.
Même pâles,
elles rappellent encore de verts paradis.

Qui les écoute ? Qui
les recueille, ainsi,
cruelles, défaites,

dans leur nacre pure ?

Eugénio de Andrade (1923-2005)

Mon anthologie personnelle (Logo cliquable)

LOGO espace poétique

..•.¸¸•´¯`•.¸¸.ஐ Page d’accueil ஐ..•.¸¸•´¯`•.¸¸.

▓▒░ PAGE FB ░▒▓

 

1 commentaire

Déposez vos mots ici ! Votre avis est important pour moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s