Du 1er au 31 août, je vous propose chaque jour quelque énigme littéraire, histoire de vous faire réviser vos classiques avant de reprendre le collier.

Déposez vos réponses en commentaires. Pas la peine de chercher à copier sur lela voisine. Ils sont modérés (les commentaires… les voisins sont plutôt mesurés, eux) et ne seront validés qu’avec les solutions  qui vous seront données en fin de journée sur la page de l’énigme. Bien sûr, vous ne prenez aucun engagement de jouer tous les jours, mais je procéderai à une remise des prix, début septembre. Tout le monde peut jouer, même si vous ne gérez pas de blog ! Et on peut évidemment juste visiter cette page, pour se divertir, ou s’instruire…

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

RÉCAPITULATIF DES ÉNIGMES

Énigmes n°1 – Énigmes n°2 – Énigmes n°3 – Énigmes n°4 – Énigmes n°5 – Énigmes n°6– Énigmes n°7 – Énigmes n°8 – Énigmes n°9 – Énigmes n°10 – Énigmes n°11 – Énigmes n°12 – Énigmes n°13 – Énigmes n°14 – Énigmes n°15 – Énigmes n°16 – Énigmes n°17 – Énigmes n°18Énigmes n°19Énigmes n°20Énigmes n°21  – Énigmes n°22 – Énigmes n°23 – Énigmes n°24 Énigmes n°25 – Énigmes n°26Énigmes n°27 – Énigmes n°28

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

PLUMES ET PINCEAUX
La peinture et les artistes sont très présents dans la littérature.
Sauriez-vous rendre son peintre à chacun de ces romans ?
Épisode 1/2

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

– 1 – La Semaine sainte de Louis Aragon
– 2 – La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier
– 3 – Sundborn ou Les jours de lumière de Philippe Delerm
– 4 – Autumn de Philippe Delerm
– 5 – La Lutte avec l’Ange de Jean-Paul Kauffmann

★━━━━━━━━━━━━━━━━━━━━★

– a – Théodore Géricault
– b – Dante Gabriel Rossetti
– c – Paul Gauguin
– d – Eugène Delacroix
– e – Marc Chagall
– f – Carl Larsson
– g – Johannes Vermeer
– h – Jan Van Eyck
– i – Léonard de Vinci
– j – Pierre Bonnard

Source

LES SOLUTIONS
1.a – La Semaine sainte de Louis Aragon : Théodore Géricault.

51zumfpjwsl-_sx301_bo1204203200_Cette Semaine Sainte est celle du 19 au 26 mars 1815. Le débarquement de l’île d’Elbe a eu lieu et «Bonaparte» a déjà dépassé Lyon. Louis XVIII est en fuite. Une indescriptible cohue l’accompagne, une foule de gens qui courent aussi vite qu’ils le peuvent de Paris à Béthune. C’est la Maison du Roi, la cour, les dignitaires, des maréchaux, les troupes qui sont restées loyales.
La France, encore une fois, se trouve partagée en deux. Il y a la France du passé qui fuit avec Louis XVIII, et celle du présent, ses aspirations, ses espoirs, qui regarde du côté de Napoléon. L’empereur est-il plus proche de la Révolution, plus proche du peuple que les Bourbons ?
Un tel livre, un tel roman est impossible à résumer. C’est le tableau de tout un peuple à un tournant de son destin, c’est l’immense poème épique d’une société saisie au milieu de ses convulsions les plus caractéristiques. C’est une somme poétique, historique, romanesque, l’un des plus beaux livres d’Aragon.

2.g – La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier : Johannes Vermeer

81gwdeibp7lLa jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.
Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. À mesure que s’affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville…

 
3.f – Sundborn ou Les jours de lumière de Philippe Delerm : Carl Larsson

 71kjhbopftlGrez-sur-Loing, 1884. Autour de Carl Larsson vit une petite communauté de peintres scandinaves venus tester la lumière tant vantée par ceux que l’on nomme, encore par dérision, les «impressionnistes». August Strindberg est là avec sa famille, Soren Kroyer les rejoint bientôt. Pour Ulrik Tercier, ils représentent la joie de vivre, la passion. Aussi, quand le groupe se délite, décide-t-il de partir pour Skagen, au Danemark, avec Soren Kroyer. Il est dès lors partagé entre différents lieux – Skagen, Grez et Sundborn, en Suède – qui incarnent autant de conceptions de l’art et de la vie.
Sundborn ou Les jours de lumière, qui met en scène des personnages réels et romanesques, décrit par petites touches, légères et sensibles, les heurts, les cassures, les instants parfaits qui font une vie. Évocation de l’impossible conciliation entre l’absolu de l’art et les nécessaires compromissions de l’existence, ce roman empreint de nostalgie est également une célébration de la joie de vivre, et de peindre.

4.b – Autumn de Philippe Delerm : Dante Gabriel Rossetti

81bk87t2bdvlAutumn nous plonge en Angleterre entre 1850 et 1869, dans la vie des peintres préraphaélites. Une silhouette domine toutes les autres. C’est celle de Dante Gabriel Rossetti, peintre et poète, fils d’un ancien carbonaro. Chez lui, tout est contradiction : élan mystique et sensualité, rêve communautaire et individualisme forcené. Dans son ombre, une toute jeune femme, Elizabeth Siddal : sa pâleur presque diaphane, la rousseur de sa chevelure flamboyante en feront le modèle d’un type de beauté dont héritera tout le symbolisme européen. Elle sera la Béatrice des tableaux de Rossetti, l’Ophélie de John Evrett Millais. John Ruskin enfin, le grand critique et écrivain, règne sur cet univers par son autorité intellectuelle, en même temps qu’il lui est soumis par sa fragilité affective.
Tous ces personnages mêlent leurs destins, se heurtent, se déchirent, jusqu’à la drogue et la mort.
Dans ce climat encore très romantique, et déjà très décadent, dans cet automne des passions, des couleurs, des rêves impossibles, Philippe Delerm trouve la tonalité idéale pour écrire le roman de l’art et de la vie.

5.d – La Lutte avec l’Ange de Jean-Paul Kauffmann : Eugène Delacroix

81m34mngt7lL’église Saint-Sulpice à Paris referme une peinture énigmatique, La Lutte avec l’Ange. Quel est le sens caché de cette œuvre que Delacroix a peinte sur un mur à la fin de sa vie ? Intrigué, Jean-Paul Kauffmann a mené une véritable enquête sur l’artiste et cette étrange église où il a choisi de travailler. Méconnue voire méprisée, Saint-Sulpice est un théâtre que Kauffmann parcourt dans tous les sens en examinant surtout l’envers du décor.
Nous le suivons aussi pas à pas dans un bar de Dieppe, un château du Quercy, un village de l’Argonne, un chêne de la forêt de Sénart, un terrain de golf du Loiret. Dans cette histoire vécue qui ressemble à un roman policier surgissent des personnages : un critique d’art, une conférencière du Louvre, un sacristain, sans parler d’une figure insaisissable, F.-J. Heim, peintre tombé dans l’oubli qui fut le voisin de Delacroix à Saint-Sulpice.

..•.¸¸•´¯•.¸¸.ஐ Page d'accueil ஐ..•.¸¸•´¯•.¸¸.

▓▒░ PAGE FB ░▒▓