Pierre de Ronsard, Les amours de Cassandre

En taureau blanchissant

Je voudrais bien richement jaunissant
En pluie d’or goutte à goutte descendre
Dans le giron de ma belle Cassandre,
Lorsqu’en ses yeux le somme va glissant.

Puis je voudrais en taureau blanchissant
Me transformer pour sur mon dos la prendre,
Quand en avril par l’herbe la plus tendre
Elle va, fleur mille fleurs ravissant.

Je voudrais bien pour alléger ma peine,
Être un Narcisse et elle une fontaine,
Pour m’y plonger une nuit à séjour ;

Et si voudrais que cette nuit encore
Fut éternelle, et que jamais l’Aurore
Pour m’éveiller ne rallumât le jour.

Pierre de Ronsard, Les amours de Cassandre (1552)

3 commentaires

  1. hé, mais si on prend la 1ere strophe du premier quatrain, la 2e du second, la trois du 1er tercet etla preum’s du dernier, on obtient un truc oléolé !!

    Je voudrais bien richement jaunissant
    Me transformer pour sur mon dos la prendre,
    Pour m’y plonger une nuit à séjour ;
    Et si voudrais que cette nuit encore

    Aimé par 1 personne

J'apprécierais de lire votre avis sur cette publication !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s