Du 1er au 31 août, je vous propose chaque jour quelque énigme littéraire, histoire de vous faire réviser vos classiques avant de reprendre le collier.

Déposez vos réponses en commentaires. Pas la peine de chercher à copier sur lela voisine. Ils sont modérés (les commentaires… les voisins sont plutôt mesurés, eux) et ne seront validés qu’avec les solutions  qui vous seront données en fin de journée sur la page de l’énigme. Bien sûr, vous ne prenez aucun engagement de jouer tous les jours, mais je procéderai à une remise des prix, début septembre. Tout le monde peut jouer, même si vous ne gérez pas de blog ! Et on peut évidemment juste visiter cette page, pour se divertir, ou s’instruire…

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

RÉCAPITULATIF DES ÉNIGMES

Énigmes n°1 – Énigmes n°2 – Énigmes n°3Énigmes n°4Énigmes n°5Énigmes n°6

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

DES PERSONNAGES EN QUÊTE D’AUTEUR #2

Sauriez-vous dire dans quelle pièce du répertoire mondial apparaissent les personnages suivants ?

1 – Dorante, Silvia, Arlequin et Lisette

2 – Vladimir et Estragon

3 – Rosalinde, Célia, Frédéric et Orlando

4 – Claire et Solange

5 – Monsieur Jourdain, Lucile et Cléonte

☆彡.。.:*・☆彡.。.:*・☆彡.。.:*・☆彡.。.:*・☆彡

a) Le Bourgeois gentilhomme de Molière

b) La vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca

c) La Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco

d) Une maison de poupée d’Henrik Ibsen

e) En attendant Godot de Samuel Beckett

f) Comme il vous plaira de William Shakespeare

g) La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau

h) On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset

i) Les Bonnes de Jean Genet

j) Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux

• «.¸¸.¤°´¯`•๓.๔• ´¯`°¤.¸¸.»•

Source

LES SOLUTIONS

1.j – Dorante, Silvia, Arlequin et Lisette, Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux

Épouser un homme qu’elle n’a jamais vu, tel est le sort qui est réservé à Silvia, que son père a fiancée au fils d’un de ses amis de province, Dorante. Ce dernier doit arriver le jour même, pour faire la connaissance de sa promise. Effrayée par cette perspective, Silvia imagine un stratagème, afin de pouvoir observer incognito son futur époux. Lisette, sa soubrette, prendra sa place, tandis qu’elle jouera le rôle de la servante. Le père acquiesce d’autant plus volontiers à son désir qu’une lettre vient de lui apprendre que Dorante a eu la même idée, et que c’est sous le nom d’Arlequin, son valet, qu’il va se présenter chez Monsieur Orgon. Le jeune homme arrive, en compagnie de son «maître », qui n’est, bien sûr, qu’Arlequin déguisé en gentilhomme. Dès le premier regard, Silvia-Lisette est sensible au charme du domestique et s’étonne qu’il puisse servir un rustre. Quant à Lisette-Silvia, elle trouve ce grossier personnage fort à son goût et se voit déjà grande dame… Ce chassé- croisé amoureux réjouit les serviteurs et met les maîtres à la torture. Dorante finit par avouer à Silvia sa véritable identité, sans que celle-ci lui apprenne qu’elle n’est pas la servante, comme il le croit. Elle veut être aimée pour elle-même, sans égard pour sa « condition ». Pari risqué… Dorante osera-t-il transgresser les préjugés de sa caste et demander « Lisette » en mariage? Quand il s’y décide, la jeune fille jette le masque et laisse éclater sa joie. Tout rentre alors dans l’ordre les jeunes gens « de bonne famille », qui se sont reconnus en dépit des déguisements, se marient, et les serviteurs, dégrisés mais heureux, convolent à leur tour en justes noces.

2.e – Vladimir et Estragon, En attendant Godot de Samuel Beckett 

Vladimir et Estragon, deux vagabonds, attendent un certain Godot dans un no man’s land (la didascalie indique « Route de campagne avec arbre »). L’absence de celui-ci éveille chez eux doutes et questionnements. Deux autres personnages font leur apparition : Pozzo, autoritaire, et son esclave Lucky. A la suite du monologue absurde de ce dernier, Vladimir et Estragon se retrouvent à nouveau seuls. Le premier acte se clot sur l’arrivée d’un enfant qui les informe que Godot ne viendra que le lendemain. Le second acte reproduit à quelques détails près le premier (accélération du débit des comédiens, « amnésie » d’Estragon, cécité de Pozzo). A la fin, le même enfant vient donner la même nouvelle aux deux vagabonds qui pensent à se pendre à l’arbre. La pièce se clôt sur l’inaction des deux personnages.

3.f – Rosalinde, Célia, Frédéric et Orlando, Comme il vous plaira de William Shakespeare

La rivalité de deux frères ennemis, le duc Aîné et le duc Frédéric, est comme souvent à l’origine de l’intrigue : le premier a banni le second, adoptant néanmoins la fille de celui-ci, Rosalinde, compagne de jeu et sœur de lait de sa propre fille, Célia.

Bafoué dans son honneur, le duc s’est réfugié au fin fond de la forêt d’Ardenne, où une nouvelle société s’est reconstruite, qui critique la cour. À l’occasion d’un tournoi, Rosalinde tombe amoureuse d’Orlando, fils de l’un des soldats de son père. En conséquence, son oncle la bannît. Dans son exil, sa cousine la suit, solidaire… ainsi que le bouffon de cour, pour se donner du baume au cœur.

4.i – Claire et Solange, Les Bonnes de Jean Genet

Deux sœurs, Claire et Solange, seules dans la chambre de Madame, « d’une dame un peu cocotte et un peu bourgeoise » , pendant son absence, jouent pour elles, et entre elles, des variations sur le thème des Bonnes et de Madame. Claire incarne Madame tandis que Solange joue de temps en temps le rôle de sa soeur Claire. Chacun des personnages menace de quitter ou de reprendre sa propre personnalité, ou d’inverser les rôles. Elles préparent un tilleul, chargé de gardénal, pour l’empoisonner. Comme on peut découvrir qu’elles ont par une lettre anonyme à la police dénoncé Monsieur, un moment arrêté, puis relâché, elles parlent avec véhémence toutes les deux, en tête à tête, de leur situation de bonnes et s’exaltent jusqu’à imaginer une mise à mort. Dans leur folie, elles hésitent entre vouloir assassiner Madame, le personnage réel, et Madame incarnée par Claire. Solange force Claire à boire le tilleul empoisonné. Genet nous avertit. Il ne faut pas prendre cette tragédie à la lettre « C’est un conte, c’est-à-dire une forme de récit allégorique. « Sacrées ou non, ces Bonnes sont des monstres. Elles ont vieilli, elles ont maigri dans la douceur de Madame. Elles crachent leurs rages. » Les domestiques sont des êtres humiliés dont la psychologie est perturbée. Austères dans leur robe noire et souliers noirs à talons plats, les bonnes ont pour univers la cuisine et son évier ou la chambre en soupente, dans la mansarde, meublée de deux lits de fer et d’une commode en pitchpin avec le petit autel à la Sainte Vierge et la branche de buis bénit. 

5.a – Monsieur Jourdain, Lucile et Cléonte, Le bourgeois gentilhomme de Molière

M. Jourdain est un riche bourgeois dont l’obsession est d’appartenir à la noblesse. Il s’efforce pour y parvenir d’acquérir les manières et la culture nécessaires en multipliant les leçons particulières (musique, danse, escrime, philosophie) qui sont autant de scènes parodiques. Quoique marié, il convoite une marquise qui se joue de lui avec la complicité de son amant, le comte Dorante. La fille de M. Jourdain, Lucile, aime Cléonte mais le père s’oppose à leur mariage parce qu’il n’est pas noble. Aussi les jeunes gens vont-ils user d’un stratagème pour obtenir son accord, en utilisant son goût des honneurs…

 

..•.¸¸•´¯•.¸¸.ஐ Page d'accueil ஐ..•.¸¸•´¯•.¸¸.

▓▒░ PAGE FB ░▒▓