Miklós Radnóti, Ciel écumeux

Racine

La racine, terre et pluie 
lui donnent force et ses rêves 
ont la blancheur de la neige. 
Elle rampe et ruse pour 
sortir de terre et les cordes 
de ses mille bras se tordent. 
Le ver dans ses bras repose, 
à ses pieds trône le ver, 
le ver ronge l’univers. 
Mais rien ne compte pour elle 
de l’univers que la branche, 
le feuillage qui se penche. 
La racine qui l’admire 
pour lui distille son miel, 
son suc au parfum de ciel. 
Moi-même je suis racine ; 
dans la vermine, la même, 
s’élabore ce poème. 
J’étais fleur, racine suis, 
dans la terre, dans la nuit ; 
ici s’achève ma vie, 
tout là-haut pleure une scie.

Miklós Radnóti, Ciel écumeux, 1944
Œuvres, 1930-1944, traduit du hongrois par Jean-Luc Moreau

Mon anthologie personnelle (Logo cliquable)

LOGO espace poétique

ACCUEILlogo-facebook-1

 

1 commentaire

J'apprécierais de lire votre avis sur cette publication !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s