Jacques Prévert, L’école buissonnière

L’opéra des girafes

Comme les girafes sont muettes, la chanson
​reste enfermée dans leur tête.
C’est en regardant très attentivement les girafes dans les yeux qu’on peut voir si elles chantent faux ou si elles chantent vrai.

Refrain : Il y avait une fois des girafes
Il y avait beaucoup de girafes.
Bientôt il n’y en aura plus
C’est monsieur l’homme qui les tue
                                                                 
Couplet: Les grandes girafes sont muettes
Les petites girafes sont rares.
Sur la place de la Muette
J’ai vu un vieux vieillard
Avec beaucoup de poils dessus.
Le poil dessus c’était son pardessus
Mais par-dessus sont pardessus
Il était tout à fait barbu.
Par-dessus le poil de girafe
Barbe dessus en poils de vieillard.
Elles sont muettes les grandes girafes,
Mais les petites girafes sont rares.

Jacques Prévert

POÈME

Mon anthologie personnelle (Logo cliquable)

LOGO espace poétique

ACCUEILlogo-facebook-1

 

9 commentaires

  1. Pour éviter qu’une idylle reste sabotée,
    Suivez la recette cuisinée,
    Sur la page bleue écrevissée :

    Quatre sabots au raz de l’herbe,
    Ne saboteront pas la beauté,
    Du pré vert tout intimidé,
    Car Prévert sur échasses monté,
    Ira dialoguer par le verbe,
    Avec la belle giraffe aimée.
    Deux effes, deux ailes, deux œufs, deux airs,
    Manque plus que l’eut pour faire une fleur,
    A faire naître et pousser en cœur,
    Dans le bonheur du nombre pair.
    Saurons nous jamais remercier,
    La faute d’orthografe élancée,
    Vers un ciel où deux échassiers,
    S’envolèrent pour l’éternité ?
    Merci Prévert d’avoir osé.
    Et à la giraffe de l’aimer.

    Aimé par 2 personnes

  2. Je crois que la girafe
    intimide m’sieu Prévert
    qui la voit du ras de l’herbe
    alors qu’elle a la tête là haut dans l’acacia
    c’est normal pour un Prévert
    d’être au ras de l’herbe
    mais c’est bête parce que la girafe
    si elle a la tête dans l’acacia
    à ses quatre pattes posées pile par terre
    au ras du Prévert
    et ça ne lui déplairait pas (à la girafe)
    qu’il fasse un poème de ses quatre pattes
    et que les enfants des écoles trouvent ça beau
    mais il (timide, distrait ?) n’en fait rien
    alors la girafe (un peu vexée) retourne
    là haut là haut mordiller l’acacia
    et Prévert reste au ras de l’herbe
    et voilà leur idylle sabotée.

    Aimé par 2 personnes

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s