Le Patchwork littéraire #40

Cette semaine c’est 

cafelitt1

que je vous invite à découvrir

C’est avec Carnets Paresseux (venez donc participer à l’aventure, en vous inscrivant ici !) que je patchworkerai. Je trouve ces compérages très stimulants et créatifs.

Et pour ceux qui ne se souviennent pas comment on joue, ou pour ceux qui voudraient s’embarquer dans l’aventure, un clic sur le logo. (mis à jour chaque semaine, avec la liste des patchworkeurs et celle des romans).

maquette patchwork1

ESCRIVAILLEURS GIF

Julien/Le Fictiologue/ – Carnets Paresseux – 

 

Laissez vos contributions en commentaire ; comme ils sont modérés, vous n’aurez pas connaissance de celles des autres participants.

19 commentaires

  1. Il avançait en crabe comme un soldat perdu. Elle cria. Il sursauta, craintif . Son slip de bain semblait flotter sur ses fesse maigres. Il ne manquerait plus qu’il le perde ! Il détestait la mer, il détestait sa mère à ce moment mais il ne savait pas le dire.
    Il savait juste que tout était trop grand, trop froid, trop rugueux pour lui. Il était une ombre pâle, perdu dans ce monde effrayant.

    Aimé par 2 personnes

  2. Voici mes 77mots: Bleu-vert aux reflets d’argent, la mer était calme,. Les vagues rapportaient quelques coquillages dans un rythme régulier et formaient une dentelle éphémère aspirée aussitôt par le sable qui semblait s’en nourrir. Le soleil avait réchauffé l’eau toute la journée et elle était bonne. Allongé, prêt à s’élancer, c’est là qu’on prenait conscience que la surface n’était pas plane et qu’il fallait choisir le bon moment pour respirer sans angoisse avec ces creux de cinquante centimètres au moins.

    Aimé par 1 personne

  3. Et puis il y avait tout autour d’eux, dans l’atmosphère, dans les vagues, un soupçon de quelque chose qui conférait au jour un air cérémoniel, comme si l’instant était sacré et que l’univers souhaitait que l’on s’en aperçoive. Sous le ressac les galets bruissaient comme des cymbales ; tels des coquillages nacrés les rochers luisaient ; respectueuses, les mouettes volaient bas ; le ciel était zébré de nuages fins, traçant d’indéchiffrables symboles ; la mer émue s’agitait de mystères.
    (79 mots)

    Aimé par 1 personne

  4. L’eau aux genoux, il se retint de recompter les brasses qu’il avait réussi et remonta vers la plage, notant sans y faire plus attention que ça les trois mouettes -non, des sternes – qui striaient l’air au dessus des dunes -« cherchent encore les détritus hors des poubelles celles là » – , les deux identiques petits tas clairs que faisaient leurs affaires – sandalettes, serviettes, shorts, pochons avec des bn et une gourde – posées à la limite de la marée haute, et l’air toujours exaspéré de l’autre. Encore une ou deux leçons, et il pourrait le ranger hors de sa mémoire, çuilà.

    Aimé par 2 personnes

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s