c149f6700a67ba5f860cae65f0327113J’étais bien. Il m’avait niché là pour tendrement veiller sur la jolie trapéziste qu’une Jument Verte observait avec gentillesse. Il ne m’avait pas dit si la belle dame avait chuté, ou si elle se reposait. Mais il l’avait confiée à mes bons soins. Alors j’attendais qu’elle s’éveille, parce que, c’est sûr, rien de grave n’avait pu lui arriver… Il n’aurait pas permis qu’elle se mette à mourir !

La journée avait été particulièrement mouvementée : c’était le jour des enfants. Et les enfants, dans un musée, ça casse un peu la tranquillité à laquelle nous sommes accoutumés ; ça gigote, ça manque de discrétion, ça papote, ça chahute même un peu ! Quelle énergie ! Je les ai vus partir avec soulagement.

À peine la lourde porte de notre conservatoire était-elle fermée que j’entendis un terrible brouhaha dans les salles voisines. Pour que vous compreniez mieux mon propos, il faut que je vous explique que si une salle lui est toute entière consacrée, les autres pièces accueillent pêle-mêle les œuvres d’autres artistes, dans une sorte d’ordre que, personnellement, je trouve désorganisé. Les peintres, même les plus grands, n’ont pas tous les mêmes destins ! Il n’est que le mien qui mérite d’être à l’honneur. Avez-vous vu comme il sait bien représenter les amants, leurs corps enlacés dans la féérie de l’amour ?

Mais pendant que je bavarde, le tumulte devient plus puissant dans les autres salles. Il faut que j’aille voir ce qui se passe. Je dépose un léger châle en cachemire sur la belle endormie avant d’aller m’enquérir des raisons de ce vacarme.

… / …

Quel spectacle affligeant ! De mur à mur, les œuvres s’invectivaient, se brocardaient, pestaient, vitupéraient, se dénigraient… C’était à celle qui hurlerait le plus fort. Je tendai l’ouïe pour essayer de comprendre l’objet de leur querelle.

12_tcpg8Il ne s’agissait que d’un… poisson. Rien d’extraordinaire, puisque c’était justement le thème de l’exposition temporaire. Pas n’importe quel poisson, toutefois !

Celui-ci.

Et leur question était de savoir qui en était l’auteur !

– Je te dis que c’est lui, aboyait l’un. Ce qui, n’en disconvenons pas, n’est pas commun pour un poisson.

– Pfff ! N’importe quoi ! Je reconnaîtrais sa touche entre toutes ! rétorquait l’autre. Ce qui, n’en disconvenons pas, n’est pas commun pour un poisson.

– Arrêtez donc vos bêtises ! Vous n’êtes même pas capable d’identifier son coup de pinceau ? braillait un troisième. Ce qui, n’en disconvenons pas, n’est pas commun pour un poisson.

q2ojkxn4wffbicdjb11uf3lp3ku500x449C’est alors qu’il arriva, majestueux. hiératique, somptueux. De là où j’étais, je ne distinguais que le collier qu’il portait autour du cou.

– J’espère que vous ne pensez pas que c’est moi qui ai peint cette laideur.

Les trois bestioles vociférantes en restèrent coites, comme trois brochets échoués sur la berge de l’étang. Ce qui, n’en disconvenons pas, est assez commun pour un poisson.

– Un seul animal, moi, qui en ai déposé soixante-deux sur la même toile ? Quelle plaisanterie ! s’esclaffa-t-il.

À le regarder de plus près, je l’ai trouvé très laid. Quoi ? Soixante-deux poissons sur la même toile ? Et, de surcroît, sur le même portrait ? Je commençais à m’asphyxier… Il me fallait vite revenir à ma source, près de la jolie trapéziste.

g_chagall15nice04bsirene-320x429

 

 

D’un léger coup de nageoire, je refluai vers ma salle.

Demain, il fera jour, pensai-je. Et peut-être se seront-ils calmés.

 

 

 

 

Elle s’était éveillée.
Et moi, émerveillé
je la contemplais
qui doucement serpentait
dans l’azur de l’éther.
Nimbée de mystère
dans l’apesanteur
de l’oeuvre de son génial créateur.

– Avez-vous reconnu les artistes 
dont il est question dans ce texte ?
— Avez-vous aussi identifié 
l'auteur du poisson d'or, 
parmi les trois proposés ?

Ce texte, je l’ai écrit pour deux challenges,
animés ce mois, par la même amie de blog :
Estelle, de L’atelier sous les Feuilles 

À vos claviers

Je vous propose d’écrire un texte contenant un certain nombre de mots, qui sont tirés du titre ou du contenu des textes proposés par les participants au défi A vos claviers précédent. Pour voir les textes, c’est ici.

Ces mots sont donc les suivants :
Energie, Partir, Destins, Cachemire, Belle, Soins, Mourir, Demain, Corps, Amants

L’Agenda Ironique

Je vous propose donc de vous mettre dans la peau d’un poisson et de vous appuyer sur l’univers si particulier de cet artiste (en utilisant tout ou une partie de du tableau Le cirque bleu ou bien son œuvre en général) et de le combiner au vôtre pour nous faire rêver !

Un quizz rigolo sur « Les poissons en Peinture » si le coeur vous en dit.

ACCUEILlogo-facebook-1