Pablo Neruda, Je ne prononce pas en vain ton nom, ô Amérique

Les Dictateurs

Il est resté une odeur dans les plantations :
un amalgame de sang et de corps, un pétale nauséabond et pénétrant.
Parmi les cocotiers les tombes sont remplies
de squelettes brisés, de râles silencieux.
Le délicat satrape
converse avec des coupes, des cols, des cordons dorés.
Le petit palais luit comme une horloge
et les rires véloces et gantés 
traversant parfois les couloirs
viennent rejoindre les voix mortes
et les bouches bleues fraîches enterrées.
Les pleurs sont là cachés comme une plante
qui s’égrène inlassable sur le sol
et dans la nuit éploie ses grands thyrses aveugles.
La haine s’est formée écaille par écaille
et coup à coup, dans l’eau terrible du marais,
avec un mufle plein de vase et de silence.

Pablo Neruda,
recueilli dans Chant général,
traduction de Claude Couffon
© Éditions Gallimard, 1977
Et capté ici

Mon anthologie personnelle (Logo cliquable)

LOGO espace poétique

ACCUEILlogo-facebook-1

 

6 commentaires

  1. Très beau poème de Pablo Neruda. J’aime beaucoup l’auteur du Canto general, c’est une grande voix épique comme il y en a peu. Merci pour cette citation.

    Aimé par 1 personne

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s