Incipi’Turbulent #28

Voici l’incipit d’un roman dans lequel je suis immergée depuis quelques jours. Je n’en suis qu’au tiers de sa lecture ; il emmène le lecteur (comme celui de Gaëlle Nohant dans « Légende d’un dormeur éveillé ») dans le monde des artistes du début du XX° siècle et dans celui de l’amour sans partage. Mais je vous en dirai davantage la semaine prochaine.

Ce roman, c’est :

TITRE

 

Comment allons-nous imaginer la suite de cette rencontre-coup-de-foudre ?

À nous, jusqu’au 11 mars, à 20 h… Vos contributions ne dépasseront pas 100 mots, comme stipulé dans la règle du jeu.

 

ACCUEILlogo-facebook-1

9 commentaires

  1. Bon allez, quelques phrasounettes à la demande générale…

     » Il avait une démarche particulière. J’ai senti son regard sur moi. Je le sens encore. Oui, je suis tombée amoureuse. Je veux lui servir de modèle, ne faire qu’une avec lui. »

    J'aime

  2. Bon alors, suite à la parution de ton commentaire sur mon article « L’agenda est là », je vais alimenter de quelques paroles libres ton incipit dès que je suis disponible. C’est à dire soit dans la soirée, si l’inspiration est là, soit demain mais sera-t-il trop tard ?
    Avant 20 h je ne sais pas, j’ai des crêpes à faire, une visite de monument, un repas partagé, une après-midi peut-être suivra, avec des jeux…
    Alors finalement en peu de mots voici mes phrases.

    « Modigliani était pressé, il ne m’a qu’à peine regardée lorsque je lui ai adressé la parole. En fait, il ne voulait pas s’arrêter car il savait combien la passion est destructrice, il attendait. Il attendait celle qui lui ferait découvrir la tendresse de la paix et des jeux partagés dans la plus grande légèreté d’allégresse. Il fila en direction de l’obscurité et je ne le revis jamais. « 

    J'aime

  3. Voilà ma participation : 102 mots, ça ira ? 😦 Bisous♥
    « A-MA-DEO…, son prénom court sur mes lèvres comme les baisers que je brûle de lui donner ; j’ai ressenti un tel frisson quand nos regards se sont croisés, même dans l’ombre furtive. Un halo blanc chaud et irrésistible m’a fait oublier ce qui n’était pas nous. N’est-ce pas heureux présage ? MO-DI-GLIA-NI, quel nom magnifique. J’imagine en le faisant rouler dans ma bouche une cascade torrentielle au milieu d’une forêt enchantée. J’ai 16 ans, je suis femme. J’en suis certaine, il est cette cascade qui inonde d’étoiles mystérieuses ceux qu’il croise. Ma vie commence aujourd’hui. Ce soir. Dans l’attente interminable de demain… »
    Bisous ma Tine et vivement la récap’ ! ♥

    J'aime

  4. Au fond, et on peut mettre toute sa vie à s’en apercevoir, il suffit d’un regard pour changer une vie. Un regard curieux, intrigué, jeté sur vous par quelqu’un de bienveillant, peut réveiller au fond de vous des incandescences qui permettent toutes les audaces. Lorsqu’il me regarda ainsi, même si je ne pus d’abord distinguer que les éclats dans ses pupilles, je sus que j’avais affaire à un de ces regards-là, et que rien d’important ne serait plus jamais pareil.

    J'aime

  5. Haaa j’adore !!! J’ai tellement aimé Légende d’un dormeur éveillé ! Cette époque était formidable même si les artistes et les pauvres en bavaient plus que maintenant, quelle richesse d’idées, quel foisonnement ! Je vais tournicoter ça dans ma tête 😉 Bisous♥

    Aimé par 1 personne

Répondre à Asphodèle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s