Incipi’Turbulent#27

Cette semaine, j’ai n’ai pas voulu courir le risque de faire fuir Julien, qui avouait être en overdose d’incipit-à-spleen. Et je me suis dit qu’il se faisait peut-être l’écho d’autres incipitographes silencieux que j’imagine, le vague à l’âme et les idées noires, devant quelques phrases cafardeuses…

Stop à la morosité ! Laissons notre créativité accompagner Sylviane, un matin de juillet, en route pour le marché.

C’est un roman de …

TITRE

Excentrique avec une belle dose de bonne humeur. Ça vous irait, cette fois ?

À mercredi pour la compil’ de vos participations ? (Restez concis… c’est le conseil que vous pourrez lire dans la règle du jeu).

Hauts les cœurs ! À vos mots !

role-ecrivain-public

Lydia/Mes Promenades CulturellesPatchCath

 

ACCUEILlogo-facebook-1

4 commentaires

  1. Une méchante envie de faire machine arrière s’empara d’elle. De quoi avait-elle besoin, réellement, dans ce marché ? Comme d’habitude tout serait trop cher, elle devrait jouer des coudes, les légumes seraient cabossés, on lui hurlerait des « Ma petite dame » derrière les étals : ça la gavait déjà. Au fond, elle n’avait besoin que d’un peu d’oxygène mais, naturellement, ça n’était pas en vente.
    (66 mots)

    J'aime

  2. Elle réfréna l’envie de klaxonner bien que l’impatience bouillonnait en elle. S’il y avait bien une chose qu’elle détestait par-dessus tout, c’était que les autres la mettent encore plus en retard. Sylviane rongea son frein, à défaut d’appuyer sur l’accélérateur, tandis que la Polo ralentissait inexorablement à la recherche d’une place.

    (oups, je suis un peu en retard :D)

    J'aime

  3. Bonjour Martine Voici mes 97mots pour cette fois-ci Elle avait une sainte horreur de ceux qui flânaient de cette manière-là sur les routes ; il devrait y avoir une vitesse minimale imposée. Elle ne pouvait pas dépasser la voiture maintenant avec ces virages, et ça allait être ainsi jusqu’à l’entrée du village. En baissant rageusement le pare-soleil, elle venait de réaliser qu’elle n’allait pas avoir le choix dans l’achat de ses fromages chez sa chevrière habituelle, et pourvu que la petite ne soit pas là, parce que celle-là, elle ne savait pas faire et ne semblait pas mettre de la bonne volonté pour aider sa mère.

    C’est pas le spleen qui nous envahit cette fois-ci. Je souris Cath

    J'aime

  4. Voici ma contribution du jour :
    « Mais elle va avancer cette guimbarde ? Tut, tut… Alors, c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Pas que ça à faire, moi ! Elles ne vont pas se faire toutes seules, les courses ! »

    J'aime

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s