France Burghelle Rey, Lumière du poème

Lumière du poème

 Lumière du poème
               qui change de sens

               pour créer sa parole
               et quitter la nuit

               dans le bruit du jour

               Chante ton silence
               quand se tapit
               l’enfance dans
               les échos des rires

               Comme se pause la musique
               pour quatre soupirs
               résonne 
               le vide

               Je te crois
               sur ta parole

               on se chauffe aux cendres
               des consonnes aux braises
               des voyelles qui chantent

               Phénix tu brûles 
               comme le buisson ardent

France Burghelle Rey, La fiancée du silence,
2009

© Encres Vives, coll. Encres Blanches

Son dernier recueil  » Après la foudre  » vient de sortir.

Son blog est là.

ACCUEILlogo-facebook-1

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s