Je reconnais bien là la modestie de Lydia qui s’est régalée de jongler avec les prénoms surannés mais sans forfanterie !

Alors, évidemment la palme de l’inspiration revient à JoBougon. Je vous livre le ballotin, bouffette comprise.

– 1
Une Austreberthe prénommée Scholastique,
Fera péter son élastique,
En mangeant trop de salade,
Le jour de la saint Prothade.
Gare alors à la forfanterie,
De colombo et Scéléris.
– 2
Quand février s’empierge sur la saint Prothade,
Sa forfanterie fera une sacrée bonne salade.
– 3
Une bonne forfanterie,
A la saint Claire de Remini,
Fera la sauce salade,
A la moutarde de mercredi.

Eh bien j’en suis restée coite, Madame !

Lilou ne fut guère plus sage, qui suggère quelque promenade coquine

On peut dire sans forfanterie
Qu’à la Sainte Sotère
Si tu vas à la rivière
Tu iras à la Sainte Austreberthe
A la laverie cocardière.

Le chat a choisi une encre sympathique pour y tremper sa patte !

Quand s’en viendra Sotère,
Par forte fente en raie
Jusqu’à six pieds sous terre
Du panais devras planter !!
(B… de M… de proverbe bio de végétalien intégriste)

Cléa Cassia, quant à elle, donne quelques conseils utiles :

Quand Austreberthe ostracise les ostrogots,
Pour dénoncer les forfanteries de la Scholastique,
Et rendre Arnaud tout quinaud,
Va chercher Claire et Sotère qui calmeront la subséquente colère.

Lydia (qui fit fi de l’obsolète) et moi avons alors entamé une conversation fort intéressante, ma foi :

Lydia :
A la sainte Austreberthe
Il faut sortir couverte
Ou mal tu choperas
Trois mois tu gerberas

Moi :
Austreberthe,
tes forfanteries me déconcertent !
Mon odorat
décèle du chocolat
qui me donne mal à la tête…

Lydia :
Si à la sainte Prothade
Tu manges trop de moutarde
Fais gaffe à ta prostate
Qui deviendra braillarde.

Moi :

Et je dirai à la cantonade
Que sans forfanterie
tu bois de la citronnade
Ce n’est pas une plaisanterie !

Et c’est Valentyne qui a entamé le débat, tout à fait  d’actualité puisque Paris a été, ces derniers jours, enseveli sous quatre centimètres de neige :

Si à la Sainte cousine Austreberthe
Tu tentes un Paris Brest
Munis toi de ski et pars de la place du tertre
En pente douce laisse toi glisser

Parce que à la saint Marthe
Pour le même résultat en partant de Montmartre
Tu auras de la chance si tu fais
Un Paris Saint Honoré

Moralité : Austreberthe et ski veulent mieux que Marthe et forfanterie
Certains exégète disent que la vraie formule est :
Austreberthe et ski ne valent pas mieux que Marthe et forfait de ski

Notre Paresseux étant occupé à versifier nous envoie ce message écrit  d’ailleurs jamais la nuit sans lune [il faut lire ce poème, il est magnifique)

oups,
quand on manque la sainte Sotère
(forfanterie ou pas forfanterie)
qu’on pleure ou qu’on rit
y a plus qu’à se taire.

ce qu’illico je fais, piteux 😦

 

Voici donc notre pierre à l’édifice universel des dictons populaires et de la survivance des mots, pour cette semaine.

C’est tout pour aujourd’hui ! Rendez-vous vendredi prochain !

ACCUEILlogo-facebook-1