200px-norbert-goeneutte_photo
Norbert Goeneutte

Fils aîné d’une famille de six enfants, Norbert Goeneutte voit le jour le 23 juillet 1854 au 35 rue Louis-le-Grand à Paris au domicile de son père arrivé de Saint-Omer en 1850.

Dans les années 1860, il sera pensionnaire à Villiers-le-Bel, avec sa sœur aînée Reine. Il est ensuite externe au lycée Condorcet.

En 1871, il obtient son baccalauréat. Son père le place chez un notaire et meurt quelque temps après.

Il persuade sa mère que ce métier n’est pas fait pour lui et il entre à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris à l’Atelier d’Isidore Pils qui meurt en 1875. Son remplaçant Henri Lehmann n’est pas apprécié par les élèves qui écrivent à Manet pour recevoir son enseignement. Ce dernier refuse et Goeneutte s’installe dans l’atelier qui fut celui de Deveria, au no 21 de la rue Breda à Montmartre. Il fréquente Chez le père Lathuille, un restaurant de l’avenue de Clichy au no 7, avec son ami Georges Rivière et y rencontre Manet, qu’il a connu au Café de la Nouvelle Athènes, Zola, et un ami commun Marcellin Desboutin plus âgé que lui de 30 ans, excellent graveur qui va l’initier à son art.

Il y rencontre également Degas ou encore Renoir qui le fait poser rue Saint-Georges pour le Moulin de la Galette. On le voit fumer la pipe en bas à droite de la composition, face à Georges Rivière, coiffé d’un canotier. Vignon et Caillebotte sont également des habitués des lieux avec bien d’autres. C’est dans cet établissement que fut organisé le banquet pour l’exposition rétrospective de Manet à l’école nationale supérieure des beaux-arts. Son meilleur ami est Henri Guérard, qui a épousé Eva Gonzalès, élève et modèle de Manet.

Il fait la connaissance d’Hippolyte Fortin, collectionneur, dont il fait deux portraits, en 1878.

Il réside à Londres en 1880. En 1881, on le trouve au 3 rue Houdon à Paris. Il part au mois de juin de cette même année en Normandie avec Fortin et seront de retour en 1882.

En 1886, il demeure 56 Cité des Fleurs à côté du Café Guerbois.

En 1887, il emménage au 62 rue de Rome et vend correctement sa peinture. Il retourne à Honfleur et part aux Pays-Bas. Il adhère à la Société des peintres-graveurs, créée par son ami Henri Guérard avec Félix Bracquemond à l’automne 1888. Mais celle-ci va se transformer en limitant son accès aux seuls artistes français, ce qui fâchera Pissarro qui est d’origine étrangère.

Il expose à l’Exposition universelle de Paris de 1889 cinq toiles et voyage à travers la France. En 1890, il part pour Venise. Le Docteur Paul Gachet lui conseille de s’installer à Auvers-sur-Oise en 1891, où il va retrouver tous les artistes qui gravitent autour de Charles-François Daubigny depuis 1861.

goeneutte-norbert-02
Norbert GOENEUTTE, « Le Docteur Gachet », 1891

Avec sa mère, sa sœur Reine, et son frère Charles, il s’installe dans une maison – La Villa Musette – que lui trouve Paul Gachet et qui a appartenu au graveur Martinez. Il réalise alors le portrait du Docteur Gachet (Musée d’Orsay).

Graveur hautement qualifié, maîtrisant toutes les techniques : manières noires, aquatinte, vernis mous, pointe sèche, roulettes.

Il s’éteint des suites de la tuberculose le 9 octobre 1894, âgé de seulement 40 ans ; il repose près des frères Van Gogh dans le cimetière d’Auvers-sur-Oise.

Source

ACCUEILlogo-facebook-1