Albert André, Boulevard de Clichy

Ça tourne à l’obsession, non ? Méfiez-vous, il y aura interro écrite en fin de session !
Et...

Aïe ! Je crois que je vais me faire étriper ! J’avais oublié ce matin de régler le niveau de difficulté du puzzle. Et vous avez du vous coltiner un nombre incalculable de minuscules pièces (au lieu de vous coltiner le repassage de Madeleine et Léonie) pour reconstituer l’oeuvre d’un parfait « inconnu » [pardon, Monsieur Albert André] qui, je vous le dis en confidence, ressemble un peu à mon grand-père maternel, qui était mécanicien automobile, et pas vraiment artiste. Mais bon, on se crée la famille qu’on peut 😉


260px-albert_andrc3a9
Albert André, 1869-1954

Albert André (Benjamin Marie Albert André), né à Lyon (Rhône) le  et mort à Laudun (Gard) le , est un peintre figuratif français.

En 1889, il monte à Paris s’inscrire à l’Académie Julian.

Il y rencontre Ranson, Valtat et Georges d’Espagnat. Il fréquente aussi les nabis dont il s’inspirera fortement à ses débuts : Bonnard, Vuillard, Denis, Vallotton. Puis il fait la connaissance de Marquet et Signac.

En 1894, il participe au salon des indépendants avec 5 toiles vite remarquées par Auguste Renoir. Malgré leur écart d’âge une solide amitié va les unir jusqu’à la mort de Renoir en 1919. Cette rencontre inattendue va véritablement orienter la carrière et la vie d’Albert André. Par l’intermédiaire du marchand de Renoir, Paul Durand-Ruel, Albert André va beaucoup vendre aux États-Unis. En 1905, il épouse Marguerite Cornillac dite Maleck, elle aussi peintre.

parisupdate-musee-chc3a2teau-des-ducs-de-wurtemberg-albert20andrc3a9-maleck20en20bleu
Albert André, Malek en bleu, 1898

Démobilisé en 1917, il part s’installer à Marseille non loin de Marquet. Il repart ensuite à Laudun (Gard) où il venait en vacances depuis son enfance dans ce village où sa famille possédait une maison et un petit vignoble. Poussé par Renoir c’est alors qu’il accepte le poste de conservateur du musée de Bagnols-sur-Cèze (ville voisine de Laudun) qu’il occupe jusqu’à sa mort en 1954. Il adopte Jacqueline Brétégnier qui reprend le poste de conservateur du musée et travaille au souvenir de son père adoptif.

parisupdate-musee-chc3a2teau-des-ducs-de-wurtemberg-albert20andrc3a9-jacqueline20lisant20corsage20rayc3a920rouge
Albert André, Jacqueline lisant, Corsage Rayé Rouge” (1935)

Source

ACCUEILlogo-facebook-1

 

7 commentaires

  1. Tu avais oublié de « régler le niveau de difficulté du puzzle » ! Non mais, je rêve !!!
    Tu as laissé ta tête Place de Clichy, ou quoi ?! 🙂
    Au fait, je viens de découvrir le même type de jeu sur le blog de A Dom e-mots. Sympa !
    Bonne journée l’Écrevisse !

    Aimé par 1 personne

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s