L’on dirait que l’obsolète de la semaine a bien fait gamberger. Moi la première qui ai essayé de répondre du « tacotac » à quelques propositions… Je lui trouvais un petit air coquin, à ce « lantiponner » dont le synonyme n’est autre que « bavarder »  Merci à vous, pour votre imagination, pour votre bonne humeur !
Voici le résultat de nos élucubrations : elles valent leur pesant d’arachide !

Si à la saint Marius de Bodon,
Tu t’en lantiponnes le tampon,
Dis-toi qu’à la saint Loup de Chalon,
D’autres que toi en auront expression.

L’impermanence n’est pas un rêve

 

Si à la saint Julien
Tu t’en lantiponnes le coquillard,
Sois sûr qu’à la saint Vitalien
Tu auras droit au corbillard.

Écri’Turbulente

 

à la saint Galmebert
lantiponeur d’antiphonaire
arrête toi au premier verre
ou passe la nuit sous l’réverbere.

Carnets Paresseux

 

Si tu lantiponnes
avec Antigone
C’est que tu jabotes
avec Dévote

Encore une histoire d’écrevisse

 

À la Saint Vitalien
Quand l’eau frémit,
Tes féculents en casserole introduis,
Al dente ils seront bien !

Tiré d’un drame grec en 1 acte, «Lantiponnes» de plat de nouilles

Une patte dans l’encrier

 

Plat de nouilles aux féculents
C’est Natalis qui est content
De lantiponner avec sainte Dévote
Pour obtenir une bonne note.

Et pan sur la moustache du chat

 

A la saint Gamelbert
Il faut arrêter de lantiponner
Sinon point de camembert
Et le vin va bouchonner

La Jument Verte

 

Je laisse le mot de la fin à Jobougon (la lantiponneuse du premier dicton) et lui souhaite une « sonne bemaine ».

Et après ça, celui qui vient clabauder mordicant sur nos calembredaines, l’a qu’à aller lantiponner du dicton turbulent pour voir comment c’est coton.
Avis aux amateurs… 😉 😉
Bises à tous les lantiponneurs du lilas.