William Cliff, America

j’accroche à mes pensées l’idée suspecte 
de durer sans savoir à quoi durer 
à longueur de journées je me répète 
de continuer à vivre et respirer 
regarde à travers l’air cet épervier 
dont le vol est miné par la fatigue 
il dure néanmoins dans l’air liquide 
sans savoir à quoi sert tout son effort 
ainsi l’on voit nombre d’humanoïdes 
s’efforcer de durer jusqu’à leur mort 

William Cliff, America suivi de En Orient,
©Poésie/Gallimard, 2012,

ACCUEILlogo-facebook-1

6 commentaires

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s