Incipi’Turbulent #20

Vous venez de lire les premières phrases du roman de

Gabriela Adameşteanu, Une matinée perdue

On se lance dans une suite imaginaire ? Qu’écririez-vous ? (en ± 100 mots et maximum de 5 phrases comme le stipule la règle du jeu que vous pouvez lire ici)

capture2bde28099ecc81cran2b2015-03-022bacc802b14-13-13

Vous avez jusqu’à dimanche 14 janvier, 20 h, pour poster vos contributions, en commentaire.

À vos claviers !

 

 

banner-eucys-participants_big

 

Julien/Le Fictiologue

Lydia/Mes Promenades Culturelles

Martine/Écri’Turbulente

Cléa Cassia/M.É.A.N.D.R.E.S.

Laurence/Palette d’expressions

Valentyne/La Jument Verte

 

ACCUEILlogo-facebook-1

8 commentaires

  1. Elle avait bien tenté quelques approches dans le garage ou dans le jardin. Et même sur le coin du canapé quand il se mettait à composer des lignes de chiffres sudokuniennes ou quand il était piégeable dans la salle de bain à rabattre le poil récalcitrant de sa barbe. Elle avait amorcé, appâté, plus fine mouche que son père quand il partait à la chasse aux truites. Mais rien à en tirer si ce n’est un regard mauvais du coin de l’œil, plus bavard que sa bouche.

    Bonjour Martine,
    je reprends notre rendez-vous. Vacances finies, il faut que je reprenne mes habitudes ! Voici donc ma participation avec 87 mots. Il se peut qu’il y ait des fautes, j’ai écrit sans mes lunettes et c’est assez trouble !
    Bise

    J'aime

  2. Cela jusqu’au jour où elle du rester à demeure trois semaine immobilisée par un pied dans le plâtre. Soudain indispensable, son homme se métamorphosa : il lui lu le journal, commentant les informations et les faits divers, rapporta de l’extérieur milles potins, pris langue avec les commerçants du quartier, trouva le temps d’aller prendre des nouvelles des uns et des autres. Dans cette vaste moisson dont il enrobait l’insignifiance d’une manière inimitable, il su même garder des gerbes de silence où elle pouvait somnoler et songer à sa situation. Son sentiment était sans appel : si elle appréciait son effort et sa verve, au fond, elle le préférait comme autrefois, muet.

    J'aime

  3. Recoucou

    77 mots

    Lui ne s’intéressait qu’aux machines, moteurs, techniques et autres « réalités » scientifiques.
    Elle ne se passionnait que pour les gens, il lui fallait des cris, des rires des larmes, de la passion …
    Un jour elle était rentrée à la maison en disant « tu savais que Mathilde la femme de Jacques s’est enfuie avec Paul le premier commis »
    Il était au courant et avait répondu : ils ont pris le train de 6h54 … Pour T.. Arrivée 8h56 !

    J'aime

  4. Quelques mots (86) pour cette « matinée perdue » 🙂 Bonne journée Martine !
    De la pluie et du beau temps ? Non, son taiseux de mari n’exprimait jamais rien, pas la moindre anecdote, pas le plus petit scandale, ne lui disait pas qu’elle était jolie — la regardait-il seulement ? Elle fuyait donc, s’offrait des tranches de vie éphémère, volait des instants brillants ou colorés comme d’autres détournaient le regard devant l’inconvenance. Elle pensait qu’elle aurait bien le temps de revenir se poser dans sa demeure quand les années écoulées auraient usé sa détermination à vivre de fougue et d’élan.

    J'aime

  5. Oh, elle avait bien essayé, au début. Elle racontait, il écoutait, mais jamais ne répondait. Autant parler à un mur. Ou à Minet. Minet, au moins, il ronronnait et venait lui faire des câlins. Son mari, lui, l’aimait en gardant ses distances et en lui décochant deux mots à la fois, tout un effort : bonne journée, bonne nuit, bon appétit.

    [61 mots]

    J'aime

  6. Verrouillée ainsi entre les quatre cloisons étroites de son appartement, comme une noix dans sa coquille, elle avait l’impression que tout s’échinait à lui rappeler à quel point le temps, ce scélérat, passait lentement : les gouttes tombant, une à une, dans le lavabo ; les chamailleries, répétitives, des oiseaux, à la fenêtre ; le passage de l’autobus à l’heure pile ; le clocher qui marquait, bien entendu, les demi comme les quarts.
    (73 mots)

    J'aime

  7. Voici ma contribution :
    « Si c’était pour faire comme ces vieux couples qui se parlent de la météo à longueur de journée, trop peu pour elle ! Elle voulait du costaud, des potins… s’évader ! » (31 mots)

    J'aime

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s