Pendant que les deux ans polémiquaient sur l’heure exacte du passage de relais, que Sylvestre et Ugolin se serraient la pince, qu’en idiomes divers on se souhaitait une banané(1), mes neurones glossographes(2) se demandaient comment honorer Pierre Larousse (qui aurait eu 200 ans en 2017 – d’accord j’ai du retard).

Savez-vous que Pierre se prénommait aussi Athanase ? Rigolo peut-être, mais pas facile à porter !

Les prénoms, comme les mots, sont des phœnix. Ils disparaissent parfois, mais jamais ne meurent vraiment. Au détour d’une mode (d’une tendance, comme on dit maintenant), on les rencontre bien guillerets, prêts à devenir incontournables après être tombés en dérision et persiflages.

J’en étais là de mes élucubrations quand je m’interrogeai sur le lien possible entre l’obsolescence lexicale et l’impermanence prénominale. J’en étais à chercher une corrélation quand me vint l’idée du dicton. Le dicton, cette expression de la sagesse populaire (ou de son inconséquence, c’est selon) qui connecte le périmé et l’existant pour créer un axiome indémontrable.

Je vous propose un petit jeu d’écriture samed’hebdomadaire, dont voici un exemple de présentation.

 

DICTON

L’idée est de vous proposer de composer un « dicton turbulent », (entre 2 & 6 vers rimés) en utilisant l’un des prénoms du jour (que j’ai glanés sur ce site) et en y insérant obligatoirement le mot du jour, que je développe dans une citation. Lesquels, prénom et mot, sont frappés du sceau de l’obsolescence. Les dictons pourront être dénués de tout caractère sacré ou météorologique mais vous ferez comme vous voulez.

Et comme, ensemble, nous avons de l’ambition, nous allons bâtir une anthologie des dictons turbulents : le lundi, vous aurez loisir de voter pour celui que vous désignerez digne de figurer au panthéon.

Rendez-vous demain, 6 janvier, pour le lancement officiel de ce nouveau jeu que vous pouvez tester dès maintenant avec les propositions ci-dessus.

ACCUEILlogo-facebook-1

 

(1) – créole mauricien
(2) – qui recueille et explique les mots anciens ou obscurs d’une langue