Bertolt Brecht, Manuel pour habitants des villes

Gite pour la nuit

On me dit qu’à New York
À l’angle de la 26e rue et de Broadway
Un homme chaque soir se tient les mois d’hiver :
Il procure aux sans-abri qui se rassemblent là
Un gîte pour la nuit, qu’il demande aux passants.

Le monde n’en est pas changé pour autant
Les rapports entre les hommes n’en deviennent pas meilleurs
L’ère de l’exploitation n’est pas abrégée pour autant
Mais quelques hommes ont un gîte pour la nuit :
Le vent toute une nuit sur eux ne soufflera
La neige qui était pour eux tombera dans la rue.

Ne pose pas ton livre encore, homme qui lis ces phrases.

Quelques-uns sont pourvus d’un gîte pour la nuit
Le vent toute une nuit sur eux ne soufflera
La neige qui était pour eux tombera dans la rue :
Mais le monde n’en est pas changé pour autant
Les rapports entre les hommes n’en deviennent pas meilleurs
L’ère de l’exploitation n’est pas abrégée pour autant.

Bertolt Brecht (1898-1956), Manuel pour habitants des villes 
© L’Arche Éditeur, Paris, 2007
Traduit de l’allemand par Gilbert Badia et Claude Duchet.

ACCUEILlogo-facebook-1

 

4 commentaires

Répondre à Domi Amouroux Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s