Poème de la main gauche
Pour le mur
qui rend tangible mon ombre
et ma main gauche
amicalement blessée par balle
une fille par amour
un jour
m’a châtré
Pour les prénoms
que je prête mal
à des visages sans mémoires
mon argument aile précise
d’un vert profil-colibri
traînant carrosse aux vents contraires
Il y a un pays qui tombe à pic
au terme d’épingle-soleil
sur cette civilisation-baïonnette
Pour la pucelle
rameuse et allumeuse
miracle beau de ma verge miraculée
Le biscuit
marche loup blanc
dans ma savane aux faims hurlantes
Cette savane et ce tombeau
qui me renversent
dans une noirceur trou de cul d’ombre
Pour les baisers bien déguisés
téléguidés par des mains d’hommes
et tombant inordores en panne d’ailes
Il y a la mariée qui me fend l’âme
me rallumant feux-follets
avec des larmes convaincantes
pour mon poème sous pli caché
pli cacheté et recassé
proie d’une plume sans fémur

James Noël, Poèmes à double tranchant / Seul le baiser pour muselière
© Éditions Farandole, 2005

ACCUEILlogo-facebook-1