Atahualpa Yupanqui, Nouveau monde, mondes nouveaux – Visages de l’Amérique latine

Dors, petit indien

Dors, petit enfant indien
et rêve aux lunes indiennes
trouant les nuits d’obsidienne
sans sorcières ni lutins.
Dort le fleuve entre ses pierres
et la vallée sous ses brumes.
Sur les pics noyés de lunes
la mort affûte ses serres.
Un jour viendra, mon garçon,
où un soleil, un deuxième,
se coulera dans tes veines.
Et dans ton cœur, des chansons.
Exacts, viendront les solstices
– amertume, amour et miel –
et rôderont dans le ciel
des punas des maléfices !
Tu cracheras sur la terre
ton silence séculaire.
Rêves, lunes et rengaines,
de jours en nuits, ils s’égrènent.
Dors, petit enfant indien.
Crie au destin qui t’empoigne
ta liberté de vigogne
et que la vie t’appartient.

Atahualpa Yupanqui
Nouveau monde, mondes nouveaux – Visages de l’Amérique latine
,
RECTO VERSO, mars 1976

ACCUEILlogo-facebook-1

1 commentaire

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s