Robert Desnos, À la mystérieuse

À la faveur de la nuit

 

Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit.
Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre.
Cette ombre à la fenêtre c’est toi, ce n’est pas une autre, c’est toi.
N’ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges.
Ferme les yeux.
Je voudrais les fermer avec mes lèvres.
Mais la fenêtre s’ouvre et le vent, le vent qui balance bizarrement la flamme et le drapeau entoure ma fuite de son manteau.
La fenêtre s’ouvre : ce n’est pas toi.
Je le savais bien.

Robert Desnos, À la mystérieuse, 1926

ACCUEILlogo-facebook-1

4 commentaires

    1. Non, Sylvie, pas dans sa poésie ! Le roman n’est émaillé que de très courtes citations. Mais il s’agit, dans ce livre, de l’histoire de la vie de Robert Desnos. De sa vie au coeur du surréalisme, de sa vie politique, de sa vie sentimentale, de ses engagements qui l’ont conduits à la mort en camp de concentration.

      J'aime

Un truc à me dire ? N'hésitez pas, j'adore vous lire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s