Langston Hughes, KU KLUX

Ils m’emmenèrent
Vers un lieu solitaire.
Ils dirent : « Tu y crois
À la grande race des Blancs ? »
Je dis : « Monsieur,
À dire la vérité,
Je veux bien croire n’importe quoi
Si seulement vous me lâchez. »
Le Blanc dit : « Mon garçon
Comment se peut-il
Que tu sois là
Et que tu m’assassines ? »
Ils me frappèrent sur la tête
Et m’envoyèrent par terre.
Et puis à coups de pied
Ils me rossèrent.
Un vantard dit : « Espèce de Nègre
Regarde-moi bien en face,
Et dis-moi que tu y crois
À notre grande race. »

Langston Hughes (1902-1967), Shakespeare in Harlem
Traduction française de François Dodat
extraite du recueil Langston Hughes, « Poètes d’Aujourd’hui »,
© Éditions Seghers

ACCUEILlogo-facebook-1

3 réflexions sur “Langston Hughes, KU KLUX

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s