Incipi’Turbulent #3

 

DIVERSPetit rappel : le 3 septembre, c’est demain.

Mais pas de panique !
On a encore le temps d’écrire 5 phrases maximum
qui pourraient faire écho à l’incipit suivant. 

La règle du jeu est ici.
Comme aimait à le raconter par la suite Anna Markovna, Simka avait échoué dans cette maison de Moscou au cours d’une vague de peuplement d’avant-guerre. Un charretier l’avait déchargée — efflanquée, le nez long, ses bas tire-bouchonnés sur des jambes fluettes et de grosses bottines d’homme aux pieds — et il était reparti en hurlant des jurons.

Ludmila Oulitskaïa, Les pauvres parents

À vous… jusqu’au 3 septembre à 20 h. Pour l’instant, une seule proposition m’est parvenue.

 

ACCUEILlogo-facebook-1

14 réflexions sur “Incipi’Turbulent #3

  1. Oups, j’ai failli oublier… mais voilà ma petite contribution. Bonne soirée !
    Des jurons qui explosaient comme une pétarade de pot d’échappement. Anna en souriait encore. Elle disait que ce devait être à cause de Simka. Et elle ajoutait avec un air malicieux : parce que son nom sonnait comme celui d’une marque de voiture.

    J'aime

  2. Et voilà ma petite pierre :
    Simka avait posé à ses pieds un baluchon informe. Elle regardait avec un air indéchiffrable, entre appréhension et ironie, la façade grise et haute où baillait une porte cochère. Celle-ci donnait sur un passage encombré de sacs de toile, de paniers de différentes tailles, de bonbonnes vides.

    J'aime

  3. Elle le regarda en souriant. Rien ne pourrait ébranler son optimisme béat. Le plus urgent était de remonter ses bas. Ensuite elle improviserait.

    J'aime

  4. Simka lui avait promis quelques roubles pour le dédommager du voyage mais elle était dans un tel état à son arrivée qu’elle n’avait pas pensé à lui donner ne serait-ce qu’un ou deux kopecks. Il l’avait maudite sur trois générations.

    J'aime

  5. Ca m’a inspirée et je t’envoie ceci :
    Quoique maigre et déplumée comme un hareng dégraissé, Simka Armachenka n’en était pas moins futée, ce que son appendice nasal en étendard, les narines palpitantes, démontraient à l’envi si l’on prenait cependant le temps de la considérer quelque peu, elle qui passait inaperçue la plupart du temps. A présent dans cette maison lépreuse et parmi les occupants hagards et aussi efflanqués qu’elle, son cerveau pris la peine des cinq minutes de réflexion qu’elle se donnait toujours. Ensuite, seulement, elle se mit à errer parmi eux tentant de capter l’un ou l’autre regard en marmonnant entre ses dents.

    J'aime

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s