Jules Supervielle, La fable du monde

La goutte de pluie

Je cherche une goutte de pluie 
Qui vient de tomber dans la mer. 
Dans sa rapide verticale 
Elle luisait plus que les autres 
Car seule entre les autres gouttes 
Elle eut la force de comprendre 
Que, très douce dans l’eau salée, 
Elle allait se perdre à jamais. 
Alors je cherche dans la mer 
Et sur les vagues, alertées, 
Je cherche pour faire plaisir 
À ce fragile souvenir 
Dont je suis seul dépositaire. 
Mais j’ai beau faire, il est des choses 
Où Dieu même ne peut plus rien 
Malgré sa bonne volonté 
Et l’assistance sans paroles 
Du ciel, des vagues et de l’air. 

Jules Supervielle, La fable du monde
Poésie/Gallimard 1987

Une réflexion sur “Jules Supervielle, La fable du monde

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s