Alfred Sisley, Femmes allant au bois à Marlotte – 1866

sisleyalfred09
Alfred Sisley (1839-1899)

Alfred Sisley, né à Paris en 1839, est le fils d’une riche famille britannique de négociants, installés en France, et spécialisés dans le commerce avec l’Amérique du Sud. En 1855, son père décide de l’envoyer en Angleterre dans l’espoir de le voir entreprendre comme lui une brillante carrière commerciale.

Mais ayant peu de goût pour le commerce, Sisley revient à Paris en 1862, pour se consacrer à la peinture. Il entre à l’École des Beaux-Arts où il suit les cours de Charles Gleyre. Il rencontre là  Frédéric Bazille, Claude Monet et Auguste Renoir avec lesquels il se lie d’amitié .

En 1864, en même temps que ses amis, il quitte l’École des Beaux Arts, au moment où Charles Gleyre y cesse d’enseigner, et se consacre à la peinture en plein air, dans la région de Fontainebleau, à Chailly-en-Bière, puis à Marlotte de 1865 à 1866, en vivant grâce à la sécurité matérielle que lui offre son père.

5fde1ab5f9
Auguste Renoir, Les fiancés

ll épouse Eugénie Lescouezec en juin 1866, une jeune fille de bonne famille, modèle et fleuriste. Auguste Renoir composera d’eux en 1868, un célèbre tableau, intitulé « Les Fiancés » .

Alfred Sisley expose un premier tableau au Salon de 1866, qu’il intitule « Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud », dans lequel se révèle les influences de Corot, de Courbet et de Daubigny, dont il s’inspire beaucoup dans ses premières oeuvres.
En 1867, il travaille à Honfleur avec son ami Frédéric Bazille, qui fera de lui un célèbre portrait.

Mais lorsqu’arrive la guerre de 1870, les affaires de son père deviennent très difficiles. Sisley est obligé de vivre de ses propres moyens et de sa peinture, et il a les plus grandes difficultés.
La Commune de Paris en 1871 le conduit à se réfugier à Londres, où il rencontre le marchand  d’art Durand-Ruel, qui a ouvert une galerie pour faire connaître les artistes français.  Il revient en France, à Louveciennes peu après les évènements.
Alfred Sisley, contrairement aux principaux artistes impressionnistes, et bien qu’encouragé par Monet et Renoir ne connaît aucun succès auprès de la critique. Ses difficultés matérielles s’aggravent et la pauvreté qui le gagne ne cessera ensuite de le poursuivre.
L’une de ses principales source d’inspiration est l’eau, fortement encouragé en cela par Monet et Renoir. Ses toiles sont très travaillées et résultent toujours d’un long travail préparatoire. Il adopte une manière de peindre qui se rapproche de celle de Monet, de Renoir ou de Pissarro, tel qu’on peut le voir dans un tableau tel que « le Pont à Villeneuve -la- Garenne » réalisé en 1872.

Alfred Sisley quitte Louveciennes en 1874 et s’installe à Marly-le-Roi . Ses oeuvres sont à plusieurs reprises refusées par le Salon, mais il participe en 1874 à la première exposition officielle avec ses amis Impressionnistes.
Il peint alors essentiellement à Argenteuil, Marly et Bougival. « Bateaux à l’écluse de Bougival » en 1873,  » La Neige à Louveciennes  » en 1874, « L’Inondation à Port-Marly » en 1876), sont parmi ses oeuvres les plus marquantes de cette époque.

Il ne quittera plus alors l’Ile-de-France, en dehors de trois courts séjours, qu’il effectuera l’un en Angleterre en 1874, l’autre en Normandie en 1894, et un dernier au pays de Galles en 1897.

55762
Alfred Sisley, Le pont de Moret, 1893

Sisley s’ installe à Moret-sur-Loing, en 1882,  et trouve dans cet endroit, les lieux d’une vive source d’inspiration où il compose de nombreuses toiles aujourd’hui célèbres, parmi lesquelles « Moret sur Loing au Soleil Levant » en 1888,  » Le Canal du Loing à Moret « ,  » La Rue des Fosses à Moret  » en 1892 , ou encore « Le Pont de Moret  » en 1893.
Il éprouve là un plaisir inlassable de peindre en plein air et en toute saison les paysages de cette région.

Alfred Sisley, marié, père de famille, passe ici les dernières années de sa vie, dans la simplicité, et meurt en 1899, sans avoir pu obtenir la nationalité française qu’il demandait depuis 1895.

(source)

2017.07.03
Alfred Sisley, Women Going to the Woods – 1866

ACCUEILlogo-facebook-1

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s