Louis Scutenaire, Mes inscriptions 1980-1987

Vert-de-gris
Ça n’allait pas mieux au temps passé
On s’éclairait à la chandelle
Qu’on éteignait au plus petit rayon de lune
Les poissons ne sentaient pas bon
Sauf ceux-là qu’on pêchait soi-même
Les mêmes maladies qu’aujourd’hui
S’appelaient alors peste et choléra
On vous amputait avec la scie du boucher
L’amour était aussi malaisé
Et les enfants désastreux
Il fallait écrire avec une plume rouillée
Il fallait manger du pain sec
Mais il était meilleur que le frais d’aujourd’hui
La lanterne magique n’était pas plus drôle que le cinéma
Les peintures étaient sombres
Les cloches faisaient leur vacarme
Dès le fin matin
Les sentines puaient
Quand on ne travaillait pas on s’embêtait
On était aussi pauvres que les avares
On était gais comme des poivrots joyeux. 

Louis Scutenaire – Mes inscriptions 1980-1987
© Btassa 1990

ACCUEILlogo-facebook-1

5 réflexions sur “Louis Scutenaire, Mes inscriptions 1980-1987

  1. Je ne sais pas pourquoi (si, quelque chose dans la sonorité de son nom (!?) ) je croyais que Scutenaire était un poète du XVIIe siècle. Ce qui nous ramène, d’une certaine façon, au bon vieux temps jadis ou même le pire avait meilleur gout 🙂

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s