Méditerranée Grecque

 

Les poèmes ne peuvent plus
être beaux
puisque la vérité s’est enlaidie.
Désormais l’expérience
est le seul corps des poèmes
et tandis que s’enrichit l’expérience
elle nourrit le poème et sans doute lui donne force.
J’ai mal aux genoux je ne peux plus
m’agenouiller devant la poésie,
je ne peux lui offrir
que l’expérience et les blessures.
Les adjectifs sont défraîchis –
seuls mes fantasmes
peuvent désormais orner ma poésie.
Mais je la servirai toujours
tant qu’elle voudra de moi bien sûr
car elle seule me permet d’oublier un peu
l’horizon bouché de mon avenir.

 Katerina Anghelàki-Rooke, Dans le ciel du néant
© Al Manar, juillet 2012

ACCUEILlogo-facebook-1