L’art en puzzle

Chaque mardi, il vous faudra reconstituer une oeuvre d’art, que vous trouverez sous forme de puzzle, ici. L’image à La Une peut déjà vous donner une petite idée de l’imbroglio, puisque ce sont les pièces du puzzle de l’oeuvre dont il s’agit.

Reconstituez le puzzle avant de répondre à ces trois questions :

– Quel est le nom de l’artiste ? (1887-1914)
– Quel est le nom de cette oeuvre ? (datée de 1913)
– Combien de temps avez-vous mis pour reconstituer la toile ?

À vous…
Amusez-vous bien 😀

Réponse, ce soir à 20 h, ici. (clic)

ACCUEILlogo-facebook-1

15 réflexions sur “L’art en puzzle

  1. Bonjour Martine,
    Je me suis absentée pendant quelques jours…
    August Macke (en 4.55 mn)… C’est bien ce que j’ai trouvé aussi (j’ai fait le puzzle juste pour le plaisir !).
    J’aime beaucoup cette toile… les couleurs, les personnages, l’ambiance…
    Merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est bien ce que je me disais, Andrea, que tu n’avais pas « pointé » mardi dernier 😉 J’espère que tu vas bien. À demain ?
      PS – Moi aussi, j’aime bien cette toile… une certaine fraîcheur…

      J'aime

        1. J’apprécie ton commentaire… parce que mon idée, dans les puzzles artistiques, le mardi, ou poétiques, le jeudi, c’est de donner l’occasion de découvrir l’oeuvre pas à pas…

          Aimé par 1 personne

    1. Les dents longues, redoutables
      Le requin tue sans merci
      Un surin au fond d’la poche
      Sans reproche, c’est Mackie

      Sur les bords de la Tamise
      Le sang coule dans la nuit
      On périt les poches vides
      Poches pleines, quelqu’un fuit

      Gens de bien ou hommes riches
      Disparaissent au grand jour
      Sur leurs traces, quelqu’un passe
      Qui ramène le butin

      Jenny Trowler agonise
      Un couteau entre les seins
      Sur la rive dans l’eau grise
      M’sieur Mackie s’en lave les mains

      Et la veuve d’âge tendre
      Que l’on viole dans son lit
      Que l’on vole sans attendre
      Le gentleman, c’est Mackie

      Incendie sur la ville
      Le feu brille, la mort vient
      On s’étonne, on questionne
      Oui mais Mackie ne sait rien

      Le sang coule des mâchoires
      Au repas du grand requin
      Mains gantées et nappe blanche
      M’sieur Mackie croque son prochain

      Les dents longues, redoutables
      Le requin tue sans merci
      hummm hummm
      hummm, c’est Mackie

      C’est ça, Carnets ?

      Aimé par 1 personne

        1. En fait, j’aurais bien envie de dire que c’est ballot de mourir n’importe où ! Mais à la guerre c’est encore plus stupide. D’autant que, même si tu y as été à reculons, y’en a qui sont capables de te tirer dans le dos ! (ceux d’ailleurs qui n’avaient rien demandé non plus, et c’est bien là le comble !)

          Aimé par 1 personne

  2. Le peintre est manifestement August Macke, mais je n’arrive pas à trouver cette peinture précise… J’aime beaucoup, en tout cas, et j’ai mis 4mn17 à la reconstitution…
    Merci pour la (re)découverte !

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s