01 couverture
Carole Martinez & Violaine Leroy, La Belle et la Bête, Gallimard Jeunesse, mars 2017

Carole Martinez publie peu.

Aux adultes et aux adolescents, elle a offert les merveilleux romans « Le cœur cousu » (2007), puis « Du Domaine des Murmures » (2011) et enfin « La Terre qui penche » (2015).

Dans le domaine de la littérature jeunesse, en 1998, elle a publié « Le cri du Livre« , chez Pocket, devenu en réédition chez Rageot « L’œil du Témoin« .

Elle a collaboré, avec la graphiste Maud Begon à l’écriture de « Bouche d’Ombre« , chez Castermann, en 2014, pour le premier album, en 2015 pour le deuxième et février 2017, pour le troisième.

Elle a aussi écrit, en 2012, « Tom haut comme trois pommes« .

03Vient de paraître, en mars de cette année, un album qui n’est pas sans faire appel à nos propres souvenirs de jeunesse : « La Belle et la Bête« .

Fidèle aux ogres, sorcières et autres magiciens qui peuplent l’univers de son écriture, l’auteure se réapproprie le célèbre conte de Madame Leprince de Beaumont, pour le dédier à de jeunes lecteurs en quête de fantastique.

Fantastique, mais pas seulement. La Belle de Carole Martinez a du caractère et de la suite dans les idées. Engagée bien malgré elle dans une aventure avec un prince charmant à l’apparence de monstre émouvant mais un peu roublard, elle démontre qu’elle ne s’en laisse pas dire, mais qu’elle peut aussi n’être qu’une jeune fille un peu frivole. Et ça la rend bien sympathique, cette Belle écervelée et rebelle à qui il arrive d’oublier ses promesses en tournoyant sur les parquets de bal ! Ni la Bête ni la Belle, n’appartiennent aux poncifs du genre ; l’une et l’autre, grâce la contemporanéité de la plume de l’auteure, revisitent les stéréotypes.

02 mouche bleueUne  mouche, bleue, qui parfois devient nuée bleue, bourdonne de pages en pages, guidant l’un, rappelant l’autre à l’ordre, servant parfois de majordome. Une mouche bleue qui symbolise les cœurs qui palpitent d’amour et de vie.

05 roseUne autre récurrence attire l’attention, de page en page : ce sont des mains qui servent de porte-manteaux, d’appliques lumineuses, de porte-fleurs… Ça n’a l’air de rien, pourtant j’y ai lu un message … comme s’il s’agissait d’une offrande.

Violaine Leroy interprète et enrichit ce conte ; elle est l’auteur graphiste de plus d’une quinzaine d’albums et de livres, notamment Le loup des sables (avec Asa Lind) et du roman graphique « Dérangés« . Avec seulement trois couleurs, bleu – rouge – vert, elle réussit à créer un univers fantasmagorique qui sert parfaitement la plume de Carole Martinez.

04 château
Le château de la Bête n’a rien de ceux des contes de fées. Les architectes contemporains ne renieraient probablement pas cette structure extravagante.
Carole Martinez & Violaine Leroy
 La Belle et la Bête,
© Gallimard Jeunesse – mars 2017

À partir de 6 ans

LOGO

Voici ma première participation au challenge #AvrilenAlbums organisé par Bookwormette, du blog Pilalire. (logo cliquable)

ACCUEILlogo-facebook-1