Les jeudis, en alternance avec Le Cahier des Poésies d’Asphodèle,  lisez ici un poème. Et trouvez le mot manquant grâce aux indices.

Nul n’a besoin de connaître et/ou d’aimer la poésie pour participer à ce jeu. Mais n’est-ce pas là l’occasion de la découvrir et de rencontrer ses auteurs ?

Aujourd'hui, je vous propose
une poésie de
Michel Butor, extraite de Octogénaire
Je me souviens des rayons du Soleil
qui traversaient les nuages de poussière
tandis que des gamins se faufilaient
entre les autobus et les camions
pour apporter des plateaux de café
avec une folle dextérité
dans une échoppe de l’autre côté
du boulevard hurlant et souriant
Tout cela s’est inscrit dans mes neurones
avec son arrière-plan de momies
d’or de pyramides et de mosquées
fleuries de haut-parleurs tonitruants
invitant à la prière du soir
si bien que maintenant où que je sois
la moindre allusion ou information
fait battre mon cœur de souci pour eux
Ville – – – – – – – – – – au confluent
non seulement des siècles et cultures
mais du désert et de l’habitation
de l’enfance la vieillesse et la mort
nos voyageurs qui se sont succédé
depuis des siècles pour interroger
ta rumeur d’oracles tous ont laissé
leurs kas dans tes rues pour te célébrer

Michel Butor, Extrait d’Octogénaire,
Éditions des Vanneaux, 2006

Un indice :

2017-03-04_193446-paradoxal

Les lettres : (V/voyelle – C/consonne) :

C-V-C-V-C-V-C-V-C-V

Et si VRAIMENT vous séchez, la puzzelisation :

ICI

ACCUEILlogo-facebook-1