Lentement, doucement
lentement, doucement,
de peur qu’elle se brise,
prendre une âme ;
écouter ses plus secrets aveux,
en silence,
comme on caresse des cheveux ;
atteindre à la douceur fluide de la brise ;
dans l’ombre, un soir d’orage,
où la chair s’électrise,
promener des doigts d’or sur le clavier nerveux ;
baisser l’éclat des voix ;
calmer l’ardeur des feux ;
exalter la couleur rose à la couleur grise ;
essayer des accords de mots mystérieux
doux comme le baiser de la paupière aux yeux ;
faire ondoyer des chairs d’or pâle dans les brumes ;
et, dans l’âme que gonfle un immense soupir
laisser,
en s’en allant,
comme le souvenir d’un grand cygne de neige aux longues,
longues plumes.

Albert Samain, Le Chariot d’or, 1900

Pour ma participation au cahier des poésies d’Asphodèle

logo présentation poésie

En cliquant sur ce logo, vous trouverez les liens qui vous conduiront vers les participations de l’équipe des poétiseurs du jeudi.

 

 

 

ACCUEILlogo-facebook-1