J’ai deux challenges sur le feu, ce mois-ci. L’agenda ironique et le Cahier des poésies d’Asphodèle.

Le premier, je m’y suis déjà frottée, avec plaisir. Parce que le côté un peu délire de l’affaire convient bien à ma difficulté d’écrire : se mettre à distance, gouailler… bref, ne pas trop se mouiller, ni se prendre au sérieux. C’est pas un peu ça l’ironie, non ?

Le deuxième, je n’ai jamais franchi le pas d’oser penser que mes mots pouvaient être poèmes. À chaque rendez-vous, je me niche derrière celles et ceux qui savent utiliser cette forme si particulière de la littérature qui sait exprimer le bouleversement des sens en très peu de mots, qui sait que chaque mot, à qui sait l’entendre, peut être image onirique. Alors que je ne suis pas capable de formuler en quelques mots ce « minuscule moment de l’instant » qui m’a fait vibrer, je suis sensible à l’écriture de ceux qui savent le faire, même maladroitement. Asphodèle, toutes les deux semaines, ouvre le champ à cette éloquence.

Aujourd’hui, je tente le coup, je me lance, j’ose, je me risque à poser quelques mots. j’ai choisi pour ce faire « le court parmi les courts » : l’haïku. J’ai tenté malhabilement de respecter les codes, mais pas toujours. Je vous les livre.

Le thème, porté par Carnets Paresseux, c'est ESPÈCES D'ESPACE. 

Petit clin d’œil à Georges Perec ? Façon d’arrêter de se croire tout seul sur notre petite planète ? De faire un peu de place aux autres d’ici ? Ou encore de rêver à nos frères inconnus qui se promènent dans les galaxies lointaines ? Autre chose encore ? A vous de dire.

À moi,  donc, de dire. À ma façon.

I

Nuées dans l’espace
L’hippocampe  s’y cache
Friselis de l’eau
II
Sarabande en cieux
Querelles de nuages
Plumes du pinson
III
Cascades de pluies
Cavalcades de planètes
Le rire des lucioles
IV
Fleurs du mimosa
Ponctuation sur la neige
Les quinquets du chat
V
Tentacules des créatures
L’étang se trouble
Le vert d’une rainette
VI
Inspiration céleste
Un mot. N’importe lequel
Mangée, la consigne

© Martine – 12/01/2017

« J’apprécierai qu’on glisse sept des huit mots suivants : hippocampe, mimosa, n’importe, chat, manger, tentacule, épuiser, vert« , dit le grand ordonnateur de janvier. C’est fait.

Perso, je sais celui des six haïkus (si on peut les appeler ainsi) que je préfère. Et vous ?

Deux rendez-vous en un, alors 😉

c3a9crire-crayons-de-bois-image-du-hufftington-post1

ACCUEILlogo-facebook-1