Émile Verhaeren, Les villes tentaculaires

Le masque
La couronne formidable des rois
En s’appuyant de tout son poids
Sur ce masque de cire
Semblait broyer et mutiler
L’empire.

Le pâle émail des yeux usés
S’était fendu en agonies
Minuscules, mais infinies,
Sous les sourcils décomposés.

Le front avait été l’éclair,
Avant que les pâles années
N’eussent rivé les destinées,
Sur ce bloc mort de morne chair.

Les crins encore étaient ardents,
Mais la colossale mâchoire,
Mi-ouverte, laissait la gloire
Tomber morte d’entre les dents.

Depuis des temps qu’on ne sait pas,
La couronne, violemment cruelle,
De sa poussée indiscontinuelle
Ployait le chef toujours plus las.

Les astuces, les perfidies
Louchaient en ses joyaux taillés,
Et les meurtres, les sangs, les incendies
Semblaient reluire entre ses ors caillés.

Elle écrasait et abattait
Ce qui jadis était la gloire :
Ce front géant qui la portait
Et la dardait vers les victoires
Si bien qu’ainsi s’accomplissait, sans bruit,
L’oeuvre d’une force qui se détruit,
Obstinément, soi-même,
Et finit par se définir
Pour l’avenir
Dans un emblème.

Couronne et tête étaient placées,
Couronne ardente et tête autoritaire,
En un logis de verre,
Au fond d’un hall, dans un musée.

emile-verhaeren
Émile Verhaeren

Émile Verhaeren,Les villes tentaculaires, 1895

Pour ma participation au cahier des poésies d’Asphodèle

logo présentation poésie

En cliquant sur ce logo, vous trouverez les liens qui vous conduiront vers les participations de l’équipe des poétiseurs du jeudi.

 

 

 

ACCUEILlogo-facebook-1

10 réflexions sur “Émile Verhaeren, Les villes tentaculaires

  1. Hello Martine
    Une vraie bonne question posée par Les Carnets pas paresseux qui réflexionnent 😆
    Tellement vrai, tellement actuel, on transpose facilement à notre époque même si les têtes ne portent plus de vraies couronnes…
    Encore une découverte, pour moi, et une confusion de blogs par dessus le marché…

    Aimé par 1 personne

    1. « Comme les autres hommes, nos dirigeants s’effacent aussi. Mais leur fin est plus pathétique, semble nous dire Émile Verhaeren. Car c’est le pouvoir qui les corrompt. Le poète belge a longtemps construit son œuvre contre une idée, celle du bonheur. Comme si un flagellant du Moyen Âge trouvait dans l’écriture l’occasion de messes barbares. Influencée par sa naissance flamande, sa plume n’hésite pas à brasser les néologismes, les adverbes lourds et les adjectifs inadéquats. Tout ça pour transformer un magma de sensations en symboles. « Le masque » paraît en 1895 dans Les Villes tentaculaires. Sa cire en décomposition figure une vanité dans ce recueil sur une urbanisation cannibale. Qu’importe l’usure des murs et des hommes ! La ville mastique inlassablement le passé dans on ne sait quels buts inquiétants. Mais l’espoir naît aussi sur les décombres des anciens rêves. Pour qui faudra-t-il crier demain : « Vive le Roi » ? »

      Louis Chevaillier

      J'aime

    1. Figure-toi que je n’avait pas pensé à cette idée ! Vérification faite, il semblerait que c’est peut-être cet Émile que chantait le grand Jacques ; en tout cas, il admirait Verhaeren au point d’avoir intitulé l’une de ces chansons du nom du premier recueil publié par le poète en 1883.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires sont bienvenus et appréciés, et vous n'êtes pas obligés d'avoir un blog pour en déposer. La modération est activée, mais je les publie tous, après lecture.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s